L’ESCLAVAGE, LE TERRORISME ET l’ISLAM   Leave a comment

SOURCE DES STATISTIQUES 2014:   http://www.muslimpopulation.com/

Extraits de: « Slavery, terrorism, and Islam » The historical roots and contemporary threat Traduits  de l’anglais par : G. T.

L’esclavage, le terrorisme et l’Islam : Les Racines Historiques  et la Menace Contemporaine par: Dr. Peter Hammond

http://www.amazon.com/Dr.-Peter-Hammond/e/B002YPPHPM  L’auteur : le Dr. Peter Hammond détient un doctorat en théologie.

 MODUS OPERANDI

L’Islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie complet.

L’Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales et militaires. La composante religieuse sert à masquer  toutes les autres.

L’islamisation d’un pays débute  lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à l’intérieur du pays pour commencer à revendiquer des accommodements religieux.

Lorsque les sociétés ouvertes à la diversité culturelle, à la rectitude politique et à la tolérance consentent aux demandes d’accommodements religieuses provenant de leurs communautés musulmanes, les autres composantes s’infiltrent progressivement.

2016-07-18_070012

Voici comment ça fonctionne:

Aussi longtemps que la population musulmane demeure autour ou inférieure à 2%, peu importe le pays, elle sera perçue comme étant une minorité pacifique, et non comme une menace par les autres citoyens.  C’est le cas présentement:

2016-07-18_070228

Entre 2% à 5%, le prosélytisme (la conversion) des autres minorités ethniques et des groupes marginaux commence par le recrutement des détenus dans les prisons et des jeunes marginaux faisant partie des gangs de rues. C’est le cas notamment en:

2016-07-18_070301

Lorsqu’ils atteignent 5%, les musulmans exercent déjà une influence excessive en proportion de leur pourcentage de la population. Ils feront alors de la pression pour l’introduction de produits alimentaires « halals », (propres selon les standards islamiques) assurant ainsi l’embauche de musulmans dans  leur préparation. Ils augmenteront leur pression sur les chaînes alimentaires pour que celles-ci mettent ces produits en tablette les menaçant de représailles allant jusqu’à la faillite s’ils ne se soumettent pas à leurs demandes. C’est ce qui se passe en:

2016-07-18_070331

Rendus à ce stade, les musulmans s’infiltreront graduellement dans toutes  les sphères d’influence et travailleront afin que les gouvernements en place leur permettent de se gouverner eux mêmes (à l’intérieur de leurs enclaves « ghettos ») selon  les lois de la  sharia, (loi coranique); le but ultime des Islamistes étant d’établir la sharia dans tous les pays du monde.

Quand le nombre de musulmans approche 10% de la population, ils accroissent le non-respect des lois allant jusqu’à les défier ouvertement afin de revendiquer des conditions de vie propres à leur culture et à leurs croyances. À Paris, nous voyons régulièrement des incendies d’autos dans les enclaves musulmanes. Toute action perçue comme étant anti -musulmane résulte dans des soulèvements de foules et des menaces, comme à  Amsterdam, où l’on s’oppose violemment aux bandes dessinées de Mahomet et des films sur l’Islam. Au moment d’écrire ces lignes 12 personnes viennent d’être tuées chez Charlie Hebdo à Paris…  De telles tensions se produisent à tous les jours, principalement dans les enclaves musulmanes en:

2016-07-18_070405

Lorsqu’ils atteignent 20% de la population, les pays d’accueils connaissent des manifestations de violence déclenchées la plupart du temps pour des peccadilles, la formation de milices djihadistes, des tueries, des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues juives comme en:

2016-07-18_070435

À 40%, les nations expérimentent les massacres sporadiques, les attaques terroristes à répétition, et la guérilla militaire sans répit comme c’est le cas présentement en :

2016-07-18_070457

À partir de 60%, les nations vivent la persécution sans retenue des citoyens non-musulmans (infidèles) de toutes religions (incluant les musulmans qui ne se conforment pas à l’idéologie intégriste), le nettoyage ethnique, l’utilisation de la loi de la sharia comme arme de répression, et l’application de la « jizya » (taxe des infidèles) tel qu’en :

2016-07-18_070514

Au-delà de 80%, l’intimidation est incessante, l’oppression et le djihad violent sévit impunément, le nettoyage ethnique est étatisé allant jusqu’au génocide. Les intégristes  chassent  ou éliminent tous les infidèles (non-convertis) car les pays qu’ils occupent doivent être 100% musulman comme au:

2016-07-18_073502

2016-07-18_073502

Lorsqu’ils atteignent l’objectif ultime et que la population population est devenue musulmane à 100%, cela est supposé selon eux conduire à : « Dar-es-Salaam », la maison Islamique de la Paix. Tous les habitants sont musulmans, les madrasas sont les seules écoles, et le Coran est la seule parole tel qu’en :

2016-07-18_070650

Mais malheureusement, la paix ne survient jamais, car dans ces pays, musulmans à 100%, les plus radicaux exerçant un contrôle total et le pouvoir absolu satisfont leur soif insatiable de sang en tuant leurs coreligionnaires qui sont moins radicaux qu’eux…

« Avant l’âge de neuf ans, j’avais appris le canon qui régit la vie arabe. C’était moi contre mon frère; moi et mon frère contre mon père, ma famille contre les cousins du clan; le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre l’infidèle ».

Leon Uris, “The Haj”.

C’est important de comprendre que dans certains pays, avec des populations musulmanes nettement inférieures à 100% comme la France, que les gens qui vivent  dans ces enclaves (ghettos), sont musulmans à 100%; cette  population vit ainsi sous  la loi de la sharia. La police nationale française n’entre même pas à l’intérieur de ces enclaves. Il n’y a pas non plus de cours judiciaires d’état, ni d’écoles, ni de facilités religieuses non-musulmanes. En pareille situation, les musulmans n’intègrent pas la communauté élargie. Les enfants fréquentent la madrasa, ils n’apprennent que le coran. Le seul fait d’avoir des contacts avec des infidèles est passible de la peine de mort. Conséquemment, dans certains endroits dans certains pays, les Imams musulmans et les extrémistes exercent plus de pouvoir que les autorités élues et les forces policières…

Aujourd’hui, plus de 2 milliards de musulmans constituent 28% de la population mondiale. Cependant, le taux de natalité chez les musulmans dépasse et ce, de beaucoup, les taux de natalité des chrétiens, hindous, bouddhistes, juifs, et de tous les autres croyants ou non-croyants. Les musulmans dépasseront ainsi 50% de la population mondiale avant la fin du siècle.

2016-07-18_070822

Veuillez s’il-vous-plaît transmettre cette information à tous ceux parmi vos proches qui s’inquiètent avec raison de l’avenir sombre qui attend les prochaines générations si nous n’avons pas le courage et la force morale pour renverser ce courant religieux maléfique pour l’humanité. C’est aussi votre combat!!!

« Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé. » –  Winston Churchill

2016-07-18_070934

VINGT DATES QUI ONT CHANGE LA VOITURE   Leave a comment

20 dates qui ont changé la voiture

TECHNOLOGIE. En moins de 20 ans, les équipements de confort et de sécurité se sont imposés pourtant leur invention date parfois de la nuit des temps…

clip_image002

IL Y A 20 ANS, une voiture équipée de quatre vitres électriques, c’était le summum du luxe. Aujourd’hui, c’est le minimum requis. S’ils ont considérablement amélioré le plaisir de conduire et la sécurité sur la route, les équipements des automobiles se sont naturellement imposés. Pourtant certaines innovations ont mis du temps à devenir des standards. Étonnement, on peut constater que ces inventions sont généralement européennes pour celles qui concernent la sécurité et états-uniennes pour celles qui concernent le confort.

1896 : ceinture de sécurité

Imaginée pour éviter les éjections dans les virages à l’occasion des premières courses automobiles (Paris-Marseille-Paris), la ceinture de
a été brevetée par Volvo en 1959. Mais ce n’est qu’en 1973qu’elle est devenue obligatoire à l’avant et en 1990, à l’arrière.

1914 : fermeture centralisée

Aujourd’hui, plus personne ne se souvient de Scripps-Booth, un constructeur américain qui dès 1914 inventa la condamnation centralisée. 1980, Ford mis au point le premier verrouillage à distance avec la clé au États-Unis, mais ce fut Renault qui le commercialisa de série en 1982 sur sa Fuego.

1921 : l’appui-tête

Le premier brevet a été déposé en Californie. Sans cesse amélioré, l’appui-tête a vite été considéré comme essentiel pour éviter le coup du lapin. Mais sur les banquettes arrière, il n’a été généralisé que dans les années 1990. Dans les films, les appuis-tête sont souvent supprimés parce qu’ils gênent la caméra.

1932 : la direction assistée

Qui envisagerait aujourd’hui de conduire sans direction assistée ? Sans elle, les créneaux et manœuvres étaient souvent un cauchemar. Brevetée aux États Unis en 1932, elle est apparue de série sur Chrysler Impérial en 1951. Mais elle est devenue un standard à partir de 2000

1939 : la climatisation

Aujourd’hui disparu, l’américain Packard est le premier constructeur à proposer la climatisation en option, moyennant 4500 euros. Apparu dans les années 1980 en option en France, la « clim’ » équipe quasiment 100% des voitures depuis 2010.

1941 : les vitres électriques

C’est Ford qui installa pour la première fois des lève-vitres électriques sur sa limousine Lincoln. En Europe, BMW l’imposa sur son coupé 503. Aujourd’hui, qui se souvient qu’il a fallu un jour tourner une manivelle pour monter et baisser sa vitre ?

1945 : le régulateur de vitesse

Incroyable, mais Ralph Teetor, l’inventeur de cet outil qui permet de bloquer une vitesse et ainsi reposer son pied droit était aveugle. Généralisé aux USA dès les années 1960, il s’est imposé en Europe avec l’arrivée des radars automatiques.

1956 : la caméra de recul

Apparue sur une Buick Centurion en 1956, la caméra de recul aura mis près de 50 ans pour se généraliser. Plus pratique et moins stressante que les bips des radars de stationnement, elle constitue à la fois un accessoire de confort et de sécurité. Les autorités américaines l’ont même imposée de série dès 2018 pour toutes les voitures neuves.

clip_image003

1960 : les sièges chauffants

Logiquement inventé au Canada où il fait froid par un certain James Cooke, les sièges chauffants sont un progrès pour qui y a goûté… Mais sont encore rarement proposés de série. Il faut généralement compter 500 € pour y avoir droit.

1973 : un toit ouvrant panoramique

Si le toit ouvrant est apparu très tôt dans l’histoire de l’automobile, il faut attendre la Lincoln Continental Mark IV (marque luxueuse de Ford) pour qu’il soit pour la première vitré et laisse passer la lumière dans l’habitacle. Aujourd’hui, il est devenu presque un standard de l’automobile moderne.

1978 : l’ABS

L’ABS (système antiblocage de sécurité) empêche les roues de se bloquer en cas de freinage fort et évite au véhicule de déraper. Imaginé dès les années 1970 par l’équipementier Bosch, il est commercialisé en option sur les Mercedes Classe S et BMW Série 7 à l’hiver 1978. En 1985, Ford est le premier constructeur à le monter de série sur sa Scorpio.

1985 : pare-brise chauffant

Monté de série sur la Scorpio, Ford est le premier constructeur à proposer un pare-brise dans lequel sont inséré des micro-résistances qui permettent un dégivrage quasi-instantané. Révolutionnaire, le système est depuis disponible sur presque toute la gamme Ford et a été adopté par quelques autres constructeurs (Mini, Renault…)

1994  : l’invention du Stop and Start

La Volkswagen Golf est la première automobile à bénéficier de ce système qui coupe le moteur à l’arrêt. Mais elle fait un flop. Il faut attendre la première C3 Stop and Start pour que ce système de réduction des émissions s’impose.

1995  : l’ESP

En agissant sur le couple du moteur et sur les freins, l’ESP (Électronique Stability Control) corrige les risques de perte de d’adhérence liés survirage et de sous-virage. D’abord vendu en option sur les Mercedes Classe S, cet équipement s’est très vite imposé gratuitement grâce aux risques de tonneaux des Mercedes Classe A et des voitures courtes et hautes.

1995 : le GPS

C’est sans doute l’invention qui s’est répandu le plus vite. D’abord commercialisé sur la Renault Safrane, il s’est retrouvé dans toutes les voitures grâce à un abaissement de son prix dû à la technologie TomTom.

2000 : les sièges massant

D’abord apparus sur les grosses berlines du type Mercedes Classe S, les sièges massant sont actuellement l’option qui se généralise le plus rapidement. On la retrouve même en série sur des berlines populaires comme la nouvelle Opel Astra et la nouvelle Renault Talisman.

2003 : radar anticollision

Testé au milieu des années 1990, il apparait pour la première fois sur la Lexus LS430 en 2003. Son principe : détecter un obstacle que le conducteur n’aurait pas vu et déclencher un freinage d’urgence. En moins de dix ans, tous les constructeurs ont adopté ce système qui fonctionne jusqu’à 80 km/h.

2003 : parking automatique

Véritable révolution, le parking automatique de la voiture fait son apparition sur la Toyota Prius. C’est le premier pas vers la voiture autonome.

2005 : Bluetooth embarqué

Jusqu’à présent, il fallait retirer sa carte Sim et l’insérer dans un combiné intégré à la voiture… Et le Bluetooth est arrivé. Il permet de téléphoner en mains libres et en toute légalité.

2007 : les détecteurs d’angles morts

Un bip et un triangle lumineux dans le rétroviseur… La voiture a détecté un véhicule que vous n’aviez pas pu voir. Cette invention mise au point par Volvo et Ford s’est imposée sur la plupart des automobiles. Hélas, elle est encore trop souvent proposée en option.

clip_image005

Article original paru dans « Le Parisien » du jeudi 14 avril 2016

Il eut été dommage qu’un tel article finisse au tri sélectif

UN ANCIEN DU NUCLÉAIRE TACLE UN JOURNAL CONNU   Leave a comment

Un ancien du nucléaire tacle le Canard enchainé !...

Ça date du 24_04_2015….mais est toujours d’actualité !!

téléchargement

Sujet : Déchets nucléaires : un gouffre financier ?

Mon cher Canard,

 Bien qu’étant un très ancien lecteur (depuis 40 ans), c’est la première fois que je prends la plume ( pardon …. le clavier !) pour t’écrire.

 En effet, je t’ai été très fidèle pendant une vingtaine d’années. J’ai même une collection de tes exemplaires reliés en 8 volumes bisannuels magnifiques ..  Mais lorsque je me suis aperçu que tu me trompais, ma fidélité s’est un peu émoussée et j’ai cessé de te lire toutes les semaines…

Qui suis-je ?  Un retraité, Ingénieur de formation, qui a trainé ses guêtres pendant 25 ans dans les centrales nucléaires françaises. J’ai été successivement Ingénieur, Chef de Service, Directeur Adjoint de Centrale, Directeur de centre de formation nucléaire, Inspecteur de Sureté Nucléaire…

Sache que je ne tire aucune gloire de ces fonctions… mais si j’éprouve le besoin de les énumérer, c’est pour te dire que je connais plutôt bien mon Nucléaire !… Le fait d’avoir trainé pendant des années mes souliers et mes combinaisons parmi les tuyaux, les pompes et les réservoirs, d’avoir côtoyé quotidiennement les travailleurs de cette industrie, me donne, en tous cas je le crois,  une certaine légitimité pour parler du sujet.

Surement plus que certains « scientifiques notoires », tels Monique SENE, dont je connais les travaux systématiquement à charge contre le Nucléaire depuis 25 ans, et qui travaillent principalement au fond de leur bureau, échafaudant des hypothèses et des conclusions pas toujours prouvées…mais toujours empreintes d’une certaine mauvaise foi .

Ce préambule étant fait, tu dois comprendre pourquoi je me suis senti trompé par toi, de par tes positions systématiquement anti nucléaires où j’ai senti beaucoup plus d’idéologie que de rationalité ! Or, tu m’avais habitué  à l’objectivité et à la rationalité.

Je vais m’appuyer sur ton article de ce jour qui traite des déchets nucléaires, non pas en énumérant des hypothèses ou des suppositions comme d’autres le font, mais en m’appuyant sur des faits réels et avérés. Les chiffres que je cite sont des chiffres  tirés des rapports EDF, AREVA, de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) et de la Cour des Comptes. Il ne me reste qu’à faire quelques multiplications et divisions simples qu’ Alzheimer ne m’empêche pas encore de faire…

Dernière précision :  je ne suis guidé par AUCUN intérêt  personnel … Seul l’intérêt que j’ai pour la vérité me guide !

COUTS DU NUCLEAIRE 

Dans son rapport 2012, la Cour des Comptes avait chiffré à 258 Milliards le cout total du Nucléaire( hors déchets et démantèlement )  depuis l’origine jusqu’en 2010…Hors, jusqu’en 2010, le Nucléaire  avait produit en France environ 14 000 Milliards de KWH…..Ce qui met le KWH  à  :  258/ 14000 =  0,0185 Euros /KWH  (  18,5 Euros par MWH )

Même en doublant ce chiffre ( 258 Milliards pour les déchets et le démantèlement ce qui est considérable) on arrive à  37 Euros par MWH ! Ce qui est loin des 75 ou 90 Euros que je lis dans ton article de ce jour !

Il est question de 1 Milliards de travaux préconisés par l’ASN  pour prolonger Fessenheim de 10 ans…En 10 ans les deux tranches de Fessenheim produiront 100 Milliards de KWH….Ce qui majorera le KWH de 1/100= 0,01 Euro  ( 10 Euros par MWH …. Est-ce rédhibitoire quand on le compare au cout des énergies renouvelables que je donne plus bas ?..). S’agissant de Fessenheim a-t-on chiffré l’investissement en réseau nécessaire pour garantir  la sécurité électrique de l’Alsace lorsque cette centrale sera arrêtée?… Si elle s’arrête !

Quant à l’EPR, la tête de série ( toujours plus chère parce qu’elle essuie les plâtres ) de Flamanville , il devrait couter  8 Milliards….somme considérable, certes !  Oui, mais elle devrait produire 600 Milliards de KWH au cours de sa vie…ce qui met l’investissement à 8 / 600 = 0,0133 Euros par KWH  ( 13, 3 Euros par MWH )….même en triplant ce cout ( +16 Milliards) pour l’exploitation, la maintenance, les déchets et le démantèlement  on arrive à 40 Euros par MWH…loin des 90 Euros que je lis dans ton article !

D’ailleurs ces couts sont cohérents avec le prix de vente des KWH nucléaires à  » prix coutant » que pratique Mr PROGLIO, vis à vis des producteurs privés  et que lui impose la loi NOME :  il vend à 42 Euros par MWH !  … et ce chiffre est contesté par ses clients, qui le trouvent trop élevé. Crois tu que Mr PROGLIO est homme à vendre à perte ?

COUTS DU RENOUVELABLE

> Je lis dans ton article que l’éolien couterait  un peu plus de de 90 Euros par MWH …. Si on se réfère aux installations  existantes, ( j’ai vérifié celles qui se trouvent dans ma région) les couts sont proches de 180 Euros par MWH pour l’éolien terrestre et 250 Euros pour l’éolien marin ou le solaire ( Pour information le charbon est à peu près à 120 Euros / MWH) ..  A noter que ces couts ne comprennent ni la maintenance ni la déconstruction ( élevé pour les panneaux solaires qui contiennent des métaux rares très toxiques ).

Je passe sur les investissements en réseau supplémentaires qu’il est  nécessaire d’ effectuer  pour préserver l’intégrité de l’alimentation électrique .  En effet, s’agissant d’énergies intermittentes, susceptibles de varier très brutalement sur un aléa climatique soudain, elles peuvent mettre en péril la stabilité du réseau électrique…

Et puis, mon cher Canard, est ce que tu t’éclaires ou tu ne te chauffes que lorsqu’il y a du soleil ou du vent…?

Pourquoi les « grands médias » , à part Le Monde partiellement, ne nous informent-ils pas de l’arrêt du soutien des Gouvernements Espagnol  et Anglais à l’énergie éolienne, jugeant que c’est un gouffre financier ?

Pourquoi, Canard, tu ne nous dis pas que 14 000 éoliennes sont entrain de rouiller aux USA ?

Pourquoi, tu ne nous dis pas que l’Allemagne, souvent citée en exemple vient de stopper son soutien financier à l’éolien, jugeant que c’était un gouffre financier ? Il faut dire que la « transition énergétique » de l’Allemagne vient d’être évaluée à 1000 Milliards ! Pourquoi tu ne nous ne dis pas qu’elle brule massivement du charbon ( lignite ) pour remplacer les 8 réacteurs nucléaires qu’elle a arrêté (elle n’arrive pas à arrêter ceux qui restent )….  qu’un Allemand rejette trois fois plus de CO2 qu’un Français  et paye son électricité 2 fois plus cher ?

Les Français ont, sur leur facture  d’électricité, une rubrique CSPE  ( Contribution au Service Public d’Electricité ) qui représentait en 2012 , environ 10 % du total…Cette CSPE  comporte pour 60 % le surcout lié  aux énergies renouvelables ….

Selon la CRE ce surcout va passer de 2, 8 Milliards en 2013 à 3,5 Milliards en 2014 ce qui devrait générer une augmentation de la facture de 2 %  ( hors prix du KWH qui augmentera de son coté ) .. 3,5 Milliards cela représente 5 % du CA d’EDF !…Si le solaire et l’éolien n’existaient pas la facture serait réduite d’autant !

Est ce opportun d’imposer ce surcout aux Français en période de crise ?   Au moment où on nous rebat les oreilles avec la compétitivité des entreprises, faut il alourdir inutilement leur facture d’électricité ?

D’autant plus que le développement de ces énergies donne du travail aux étrangers ( Chinois en particulier ) et les investisseurs, qui ont flairé le bon filon, sont aussi, pour la plupart étrangers !  Il parait  ( à vérifier ) que même la mafia italienne  a investi dans le domaine, en Allemagne, pour blanchir de l’argent sale!

Je crois avoir apporté suffisamment d’éléments, qui montrent que la politique énergétique choisie par le Gouvernement, à travers la « transition énergétique »,  pour faire plaisir aux « arrivistes » Verts  nous conduit à une catastrophe économique….

SURETE  NUCLEAIRE

Je te connais Canard…tu ne vas pas manquer de m’objecter que quels que soient les arguments économiques, la Sécurité n’a pas de prix…et tu auras raison ! Mais il faut pousser un peu plus loin l’analyse…

En tous domaines, le risque pris se mesure en multipliant les conséquences potentielles d’un accident par sa probabilité d’occurrence.

Pour ce qui concerne les conséquences d’un accident nous les connaissons à travers Tchernobyl et Fukushima ou tout au moins nous en avons une idée !  Je rappelle, tout de même qu’à Hiroshima et Nagasaki, la vie  est aujourd’hui, 70 ans après, tout à fait normale.

Quant à la probabilité il est nécessaire de la réduire au maximum  par la qualité de la construction, de l’exploitation, de la maintenance et…du contrôle.

Pour avoir exercé les fonctions d’ Inspecteur en Sureté Nucléaire, je crois pouvoir affirmer que notre ASN est la meilleure au monde, de par son indépendance, sa compétence, sa rigueur et sa neutralité….Ce n’était pas le cas au Japon…et encore moins à Tchernobyl, où elle était inexistante.

Dans ton journal, cher Canard, tu fais référence à St Laurent des Eaux où une partie du cœur a fondu….Oui c’est vrai …mais quelles conséquences pour l’environnement ?  A ma connaissance, quasiment aucune…et c’est cela qui est important !

Là où tu dis la vérité, c’est lorsque tu dis nos réacteurs graphite gaz  présentaient le même défaut que Tchernobyl  : l’absence d’enceinte de confinement ….Mais ce qui est rassurant c’est que la France, a immédiatement pris la décision d’arrêter ses réacteurs graphite gaz après Tchernobyl :  Bugey 1, Chinon 2 et 3, St Laurent 1 et 2…Et dans les deux ans, ils étaient tous à l’arrêt ….A noter que cette technologie avait été voulue par De Gaulle pour ne pas copier les Américains …et leurs réacteurs à eau légère !

Tu nous parles aussi, à juste titre, des fusions du cœur à TMI et à Fukushima….Encore exact, mais il ne faut pas faire d’amalgame…Fukushima est un réacteur a EAU BOUILLANTE avec une enceinte de confinement légère qui n’a pas résisté aux explosions d’Hydrogène  ( pourtant quelques temps auparavant  Areva leur avait proposé des recombineurs d’Hydrogène que TEPCO a refusés, les jugeant trop chers .. Tous nos réacteurs Français en sont pourvus ) …..

Quand à TMI, l’accident confirme, en grandeur réelle, que le cœur d’un réacteur à EAU PRESSURISEE peut fondre presque entièrement  SANS conséquence pour l’environnement !  Pourquoi ? Parce que l’enceinte de confinement a tenu…Au passage je t’informe que les enceintes de l’EPR sont encore plus résistantes que celles de TMI .. Ce type de réacteur est le plus répandu au monde, et en France nous n’avons que ceux là !

Sachant qu’une probabilité n’est jamais nulle, le fait que JAMAIS il n’y a eu d’accident AVEC des rejets radioactifs sur un réacteur a EAU PRESSURISEE du type de ceux que nous avons en France, et qui est le plus répandu au monde, est plutôt rassurant  pour notre pays !

 CONCLUSION:

Mon cher Canard,  j’ignore si je t’ai convaincu, mais j’espère au moins, t’avoir fait réfléchir…. Je te demande simplement lorsque tu t’empares d’un sujet, d’essayer de le traiter à charge ET à décharge …. comme tu m’y avais habitué !

Je ne peux pas terminer sans te faire deux remarques :

–  le « lobby  Nucléaire » si cher aux Verts n’existe pas! Un lobby est, en général là pour défendre des intérêts privés…et le CEA est 100% public et AREVA  et  EDF  sont à 85 % publics !  Alors que le « lobby privé renouvelable » est une réalité. Il est même soutenu par les Verts.

– le Professeur de Médecine Nucléaire  Jean ARTUS du CHU de Montpellier, sommité internationale, qui n’a aucun lien, ni intérêt dans l’énergie nucléaire, écrivait, il y a quelques temps dans les journaux régionaux : « les écologistes mentent en matière de Nucléaire » ou encore « le Nucléaire est l’avenir de notre pays »!

Ne l’oublie pas, cher Canard quand tu parles de Nucléaire….

Avec toute ma sympathie….et peut-être, à nouveau, mes 1,20 Euros hebdomadaires !

Un lecteur  ( un peu) averti

Jean ABRAS

ALGÉRIE COLONISÉE ??   Leave a comment

Diapositive1

Diapositive2

Diapositive3

Diapositive4

Diapositive5

Diapositive6

Diapositive7

Diapositive8

Diapositive9

Diapositive10

Diapositive11

Diapositive12

Diapositive13

Diapositive14

Diapositive15

Diapositive16

Diapositive17

Diapositive18

Diapositive19

Diapositive20

Diapositive21

Diapositive22

Diapositive23

Elle est maghrébine…. Lisez, c’est remarquable.   Leave a comment

Elle est maghrébine…. Lisez, c’est remarquable 2016-03-23_163331.

 Le blog de Malika Sorel

www.malikasorel.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Malika_Sorel

En 2007, elle publie : le Puzzle de l’intégration et les Pièces qui vous manquent (Mille et une nuits). Elle y explique que la question de l’immigration-intégration doit être traitée globalement et non plus de façon sectorielle, qu’il faut cesser d’octroyer la nationalité française à des personnes qui ne sont pas prêtes , psychologiquement et moralement, à l’assumer, et s’appliquer, en revanche, à faire respecter la loi française par tous , sans exception.

 Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? 

Les émeutes de 2005 m’ont poussée à écrire ce livre parce que je me sentais responsable de n’avoir, alors, rien dit. Moralement, mais aussi sur le plan affectif, je ne supportais plus cette injustice vis-à-vis du peuple français : les Français sont bâillonnés, et quand ils osent s’exprimer, on leur fait un procès en racisme ou en xénophobie alors qu’ils veulent simplement préserver leur identité.
Mes origines me permettaient peut-être, de dire que la véritable victime de l’immigration est le peuple français .

Vous parlez beaucoup du rôle délétère de la « repentance ». Non seulement pour les Français, mais pour les immigrés eux-mêmes.

 Le rôle des élites françaises a toujours été déterminant dans l’instrumentalisation de l’histoire.
La décolonisation a traumatisé tout le monde, soit ! Mais il devrait tout de même être possible, cinquante ans après des drames partagés, de traiter sereinement du passé, avec ses ombres et ses lumières, au lieu de renier son histoire en se laissant enfermer dans la dialectique culpabilisation – victimisation.
Or, c’est malheureusement ce qui se passe. Le discours dominant ne que des « horreurs » de la colonisation , et plus personne n’écoute le peuple français , qui est pourtant le plus légitime pour parler objectivement des problèmes engendrés par l’immigration.
De surcroît, transformer les Français de souche en bourreaux, n’a fait qu’injecter le poison de la haine dans le cœur des enfants issus de l’immigration.
La France fait beaucoup pour les immigrés et leurs descendants, et ceux-ci ont encore énormément à faire pour se rapprocher des Français de souche européenne, en particulier les Maghrébins et les Africains dont la  culture reste très éloignée de celle de leur pays d’accueil. Il fallait d’emblée être ferme et affirmer que nos valeurs fondamentales ne changeraient pas. On a fait l’inverse. Dans ces conditions, il est naturel qu’ils développent de moins en moins d’efforts pour respecter les normes collectives françaises. Ils sont convaincus que celles-ci vont changer pour s’adapter à eux .

 Pourquoi l’idée de « discrimination positive » est-elle dangereuse à vos yeux ? 

Parce que c’est une escroquerie. L’intégration n’est pas un ascenseur automatique, mais un parcours semé d’obstacles ! L’idée que l’on puisse progresser dans la société de manière passive est absurde. C’est un
> engagement sur plusieurs générations, la famille entière doit s’engager autour du projet éducatif. Aujourd’hui, beaucoup d’élèves ne font plus rien. Il faut arrêter de les bercer de mensonges ! Pour réussir, il faut se prendre en main.  Et puis la « discrimination positive » est injurieuse pour les immigrés eux-mêmes : on part du principe que les gens issus de l’immigration n’y arriveront pas seuls parce que les Français les détesteraient. C’est zéro
pointé sur toute la ligne. Quand vous travaillez dans une équipe, il faut acquérir sa légitimité auprès des autres. Si vous n’avez pas respecté le même processus de sélection, c’est impossible. Pour devenir légitimes, les personnes issues de l’immigration doivent se plier aux mêmes exigences que les autres.

Vous êtes également très sévère avec la Halde ! 

 Elle joue un rôle d’exaspération et de crispation entre les groupes.
Elle passe le plus clair de son temps à exacerber les tensions en disant que les gens issus de l’immigration sont victimes de notre société, alors que c’est l’ignorance des codes sociaux et culturels qui empêche les jeunes  d’être recrutés. Cela avait été parfaitement mis en évidence par l’analyse d’entretiens d’embauche auxquels la sociologue Jacqueline Costa-Lascoux avait assisté. Le fait qu’on accepte d’eux ce qu’on n’accepterait jamais des autres ne fait que les enfermer dans leurs propres codes culturels.
J’ajoute que je prends comme une bonne nouvelle la mise sous tutelle de la Halde. Mais il faut, à terme, qu’elle disparaisse. Le système judiciaire français est là pour traiter des vraies affaires de discrimination. On n’a nul besoin d’une institution qui participe, vraisemblablement sans le vouloir, à dresser les gens les uns contre les autres.

 Qu’opposer, alors, aux doctrines que vous dénoncez ? 

Rien d’autre que le modèle d’intégration républicain qui fonctionnait très bien ! On doit accueillir les gens dans la communauté française et non l’inverse. Ils doivent respecter le système français. Si on avait fait ça, on aurait suscité le désir d’intégration. Mais comment y parvenir quand on injecte 200 000 nouveaux entrants par an dans une société déjà en proie à des difficultés majeures ? C’est irresponsable, grave et fondamentalement dangereux. Il est évident que là réside le défi des prochaines années : si l’on continue comme aujourd’hui, nous irons vers des troubles majeurs. Trop de gens arrivés récemment n’éprouvent plus le besoin de respecter la loi de la République, et reconstituent leurs sociétés d’origine sur le territoire français. Si rien n’est fait pour y mettre un terme, la pression va devenir rapidement intenable.

Quelles pressions, justement, exercent ces sociétés reconstituées ?

Dans les cultures maghrébines et africaines, le groupe prend possession de l’individu. Or, plus la société est déstructurée et permet des accommodements, plus les membres des groupes mieux structurés sont tentés
de bafouer les règles françaises, qu’on peut défier à moindre risque. La culture de l’école de la République que les enfants ramènent à la maison est aussitôt rejetée parce qu’elle ne correspond pas aux normes culturelles d’origine.
Le racisme anti-blanc est une réalité. L’insulte suprême utilisée, c’est  » céfranc « . Les professeurs nous le disent : être sérieux en cours, c’est déjà, pour certains, vouloir devenir français : une honte, car assimilé à une traîtrise. Les bons élèves sont, de ce fait, de plus en plus soumis à des pressions par les enfants issus de la même origine culturelle. Le fait que les institutions françaises, la police et l’école soient attaquées n’est évidemment pas anodin. Or, on continue à excuser les auteurs de ces attaques, à les déresponsabiliser en invoquant leurs conditions sociales.

 Ces mêmes populations, avec des conditions sociales nettement inférieures, ne se comportent pas ainsi dans leur pays d’origine. C’est bien la preuve que l’attitude de notre société a joué un rôle déterminant dans l’apparition des problèmes que nous connaissons.

 Vous accusez le droit du sol. Pourquoi ?

Devenir français est un processus qui doit être personnel, car il faut être prêt à assumer d’inscrire ses propres descendants dans un nouvel arbre généalogique qui n’est pas celui de ses ascendants biologiques et culturels. Il y a là, une véritable rupture, très difficile à assumer. C’est pourquoi, aujourd’hui, pour une multitude de raisons, peu de gens ont le désir de devenir français. Ils prennent les papiers parce qu’ils savent que c’est le sésame avec lequel ils n’auront plus jamais faim. Ils sont honnêtes et l’avouent : –  » je ne suis pas français, j’ai juste les papiers !  » C’est la classe politique, dans son ensemble, qui ment et occulte ce que signifie l’identité française. La communauté française reste pour l’instant silencieuse, car elle est bâillonnée, mais, comme dans tous les pays du monde, elle n’est pas prête à accepter comme françaises des populations étrangères à son identité. Il y a aujourd’hui, en France, une négation fondamentale du droit des Français à être français.

Quelle distinction faites-vous entre insertion et intégration ?

 L’intégration, c’est le fait d’assumer l’héritage du peuple français, de porter soi-même les valeurs et les principes des Français, de les transmettre à ses propres enfants. Il y a une forte dimension affective et morale. On ne peut pas exiger cette étape, elle est trop personnelle, trop intime. En revanche, l’insertion est absolument non négociable, c’est le respect des règles et lois de la société. Nombre de ces règles sont tacites. Elles ne sont pas nécessairement inscrites dans des lois. L’insertion dans la société française constitue une étape indispensable
avant l’intégration dans la communauté nationale française. C’est ce que ne respecte pas le droit du sol.

L’une des plus grandes erreurs a été, selon vous, de dégrader l’apprentissage de la langue et de la culture française. Pourquoi ? 

L’école de la République a un savoir à transmettre, qui crée un référentiel commun à tous les enfants. La langue est un passeport culturel pour naviguer dans la société française. On les a empêchés de pouvoir le faire en revoyant nos exigences sans cesse à la baisse. Pis, l’école s’est mise à verser dans le relativisme culturel, et même à leur transmettre des éléments de leur référentiel culturel alors que, c’est bien la seule chose que leurs familles leur transmettent.
Aimer une langue est un tremplin pour aimer un peuple. Au travers de la langue, des textes de littérature et aussi des contes et des chansons enfantines, c’est bien la culture qui est transmise. Aujourd’hui, dans les
> rues, dans les cours d’école, on ne parle plus français. C’est un signe, sans équivoque, du réel refus d’intégration. Sans compter qu’un enfant qui ne peut s’exprimer et se faire comprendre du fait de la pauvreté de son langage a une plus grande propension à devenir violent. Commençons donc par accentuer l’effort sur la maternelle et sur les premières classes de l’école primaire, en réduisant les effectifs par classe et en mettant
l’accent sur la transmission de la langue. Revoyons aussi le circuit des allocations. Il faut impérativement que cet argent aille, en priorité, au projet éducatif, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. A chaque rentrée scolaire, au lieu de remettre aux parents un chèque qui, souvent, sera envoyé dans le pays d’origine , donnons un cartable, des cahiers et des livres directement à l’enfant.

Que pensez-vous de la déchéance de nationalité ?

 Il faut la mettre en place, et il faut cesser de donner la nationalité française à tout le monde . Les gens qui risquent aujourd’hui la déchéance de nationalité n’auraient jamais dû l’obtenir. Il faut vraiment que les politiques s’occupent de toutes ces questions très rapidement. Beaucoup, parmi eux, sont habités par la peur car les populations de l’immigration leur apparaissent comme ayant facilement recours à la violence. Il va pourtant falloir avoir le courage de traiter toutes les dimensions de ce sujet. C’est dans l’intérêt de tous. Notre société est chaque jour plus déstabilisée. C’est la cohésion nationale qui est désormais en jeu !
Tout accepter met la France par terre !
Et, si nos dirigeants acceptent que l’Education Nationale enseigne l’arabe dans nos écoles comme certains de nos politiciens le demandent, la France sera foutue et disparaitra sous la domination de l’islamisme !!!
et aussi :
http://www.youtube.com/watch?v=BLRE2ylIkhc

 écouter et lire… intéressant et recadrant
Nada Rizk
06.25.02.53.80

 

Un peu d’Histoire : Eudes, Charles Martel et Charlemagne   Leave a comment

Ce  mail est d’une importance capitale, car il permet à la plupart  des Français de connaitre l’histoire de notre France en  quelques lignes et de prendre conscience que le triste sort de  ceux qui nous ont précédés risque fort de se répéter  !

  Un  peu d’Histoire  :   Eudes,Charles  Martel et  Charlemagne….C’est notre histoire !

clip_image002

Là  , il s’agit d’un peu d’histoire …  oubliée,  mais c’est notre  histoire,  celle de la France  .
  Ø Plus  particulièrement celle  du Sud  de la France…Très  intéressant .
  Cela  remet les  «  pendules à l’heure »
pour  tous ceux qui auraient oublié … ou qui ne  l’ont jamais su : une  utile  leçon d’Histoire  !!!
  Les  musulmans sont entrés pour la première fois en  714  dans  ce qui était la France  de  l’époque. Ils se sont emparés de  Narbonne,  qui est devenue leur base pour les 40 années  suivantes, et ont pratiqué des razzias  méthodiques. Ils ont ravagé le  Languedoc  de  714  à  725,  détruit Nîmes  en  725  et  ravagé la rive droite du Rhône  jusqu’à  Sens
  En  721,  une armée musulmane de 100.000 soldats mit le  siège devant Toulouse,  défendue par Eudes,  le duc d’Aquitaine. Charles  Martel envoya  des troupes pour aider Eudes.  Après six mois de siège, ce dernier fit une  sortie et écrasa l’armée musulmane qui se replia  en désordre sur l’Espagne  et  perdit 80.000 soldats dans la  campagne.

clip_image004
On  parle peu de cette bataille de  Toulouse  parce  qu’Eudes  était  mérovingien. Les Capétiens étaient en train de  devenir rois de France et n’avaient pas envie de  reconnaître une victoire  mérovingienne.   Les  musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux  d’attaquer la France  en contournant les Pyrénées  par  l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques  en passant à l’ouest  des Pyrénées.  15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit  Bordeaux,  puis les Pays  de la Loire,  et mis le siège devant Poitiers,  pour être finalement arrêtés par  Charles  Martel et  Eudes  à  vingt kilomètres au nord de Poitiers,  en 732.

clip_image006
Les  musulmans survivants se sont dispersés en  petites bandes et ont continué à ravager  l’Aquitaine.  De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en  temps pour participer aux  pillages. (Ces  bandes n’ont finalement été éliminées qu’en  808,  par Charlemagne) Les  ravages à lest  ont continué jusqu’à ce qu’en  737  Charles  Martel descende  au sud avec une armée puissante, et reprenne  successivement Avignon,  Nîmes,  Maguelone,  Agde,  Béziers  et  mette le siège devant Narbonne.Cependant,  une attaque des Saxons sur le nord de la  France  obligea Charles  Martel à  quitter la région.   En  759  enfin,  Pépin  le Bref reprit  Narbonne  et  écrasa définitivement les envahisseurs  musulmans. Ces derniers se dispersèrent en  petites bandes, comme à l’ouest,  et continuèrent à ravager le pays, notamment en  déportant leshommes  pour  en faire des esclaves castrés, et les  femmes  pour  les introduire dans les harems d’Afrique du  Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer  des  musulmans.
  La  place forte des bandes se situait à  Fraxinetum,  l’actuelle Garde-Freinet  (le  massif des maures). Une zone d’environ 10.000  kilomètres carrés, dans les Maures,  fut totalement dépeuplée.

clip_image008
En  972,  les bandes musulmanes capturèrent  Mayeul,  Abbé de Cluny, sur la route du  Mont  Genèvre.  Le retentissement fut immense.  Guillaume  II,  comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte  de campagne électorale pour motiver tous les  Provençaux, puis, à partir de  983,  chassa méthodiquement toutes les bandes  musulmanes, petites ou  grandes.   En  990,  les dernières furent détruites. Elles avaient  ravagé la France pendant deux  siècles……
  La  pression musulmane ne cessa pas pour  autant. Elle s’exerça pendant les  250  années  suivantes par des razzias effectuées à partir de  la mer. Les hommes  capturés  étaient emmenés dans des camps de castration en  Corse,  puis déportés dans les bagnes du  Dâr  al islam,  et les femmes  d’âge  nubile dans les harems. Les repaires des pirates  musulmans se trouvaient en Corse,  Sardaigne,  Sicile,  sur les côtes d’Espagne  et  celles de l’Afrique  du Nord.

clip_image010
Toulon  a  été totalement détruite par les musulmans en  1178  et  1197,  les populations massacrées ou déportées, la  ville laissée déserte.   Finalement,  les musulmans ayant été expulsés de  Corse,  Sicile,  Sardaigne,  du sud de l’Italie  et  de la partie nord de l’Espagne,  les attaques sur les terres françaises cessèrent  mais elles continuèrent sur  mer.
  Ce  n’est qu’en 1830  que  la France, exaspérée par ces exactions, se  décida à  frapper le serpent à la  tête,  et à aller enAlgérie  détruire  définitivement  les  dernières bases des pirates musulmans. Vous  savez ce qu’est devenue ensuite  l’Algérie,  et l’histoire  ne s’est pas figée……

clip_image012
Ce qu’il  y a de frappant, c’est qu’entre  714,  la première  entrée,  et 1830,  l’écrasement  définitif des  pirates barbaresques, il s’est écoulé  plus  d’un millénaire,  ce qui montre qu’ils  ne renoncent  jamais………………………..
   Et  aujourd’hui, effectivement, ils reviennent en  masse, par le biais « pacifique »  d’une  immigration de peuplement, qui  exploite à fond les failles de nos lois, de nos  principes démocratiques, et de nos avancées  sociales…!
  Un  jour ils seront assez  nombreux pour prendre démocratiquement le  pouvoir  dans les villages, les banlieues, les villes,  les régions, les pays d’Europe  !
  Il  ne faut pas croire ceux qui les décrivent comme  « modérés »  ! Car  les exemples des « printemps  arabes »  qui se déroulent sous nos yeux en Tunisie,  Lybie, Egypte, montrent s’il en était besoin  que  les « modérés » se font toujours évincer par les  enragés ! Qui  ne cherchent qu’une chose : appliquer  la charia  et  transformer nos pays d’Europe en un  « Dar  al Islam »,  une terre  d’islam.
  Il  suffit de voir les exactions actuelles contre  les chrétiens d’Afrique du Nord, d’Egypte,  d’Indonésie, du Nigéria, etc,  pour  imaginer quel sera le sort réservé à nos  familles, à nos peuples européens de souche  judéo-chrétienne  !
  Alors  la question est simple :  Allons-nous,  au nom de nos principes, laisser disparaître  notre civilisation bi-millénaire ?  Allons-nous  nous laisser asservir et humilier sans bouger ?  Allons-nous  continuer à donner le bâton pour nous faire  battre ?
  Il  va être temps de brandir l’étendard de la  reprise en main de nos territoires, de notre  avenir, de notre destinée. De  faire respecter nos lois, nos traditions, notre  mode de vie, notre histoire, notre civilisation  !

clip_image014

Un nouvel espoir pour les malades du rein   Leave a comment

UN NOUVEL ESPOIR POUR LES MALADES DU REIN

Cinq ans après avoir identifié le rôle d’une protéine dans le développement des affections rénales, une équipe française a réussi à freiner l’évolution de ces maladies par un médicament.

2016-03-18_160831

Dr Alain Ducardonnet, Il est cardiologue et médecin du sport à Paris. Il mène depuis plusieurs années une carrière de consultant en matière de santé pour les médias.

 

 

 

 

LA DECOUVERTE

 En France, de 2 à 3 millions de personnes souffrent de maladies rénales chroniques (MRC). Évoluant discrètement, elles entraînent une perte progressive et irréversible de la capacité des reins à filtrer le sang pour en évacuer les déchets dans les urines. D’où la nécessité d’établir un diagnostic précoce, par une prise de sang ou une analyse d’urines. S’il n’est pas possible d’en guérir à l’heure actuelle, les MRC pourraient néanmoins être ralenties dans leur progression grâce à un médicament utilisé jusque-là contre un autre type de maladie.

En 2010, une équipe composée de chercheurs de l’Inserm, de l’université Paris-Descartes et de l’hôpital Necker-Enfants malades (Paris 15e) avait montré qu’une protéine, la lipocaline 2 (LCN2), jouait un rôle clé dans le déclin de la fonction rénale. En effet, son activation dans les cellules du rein favorise le développement des lésions de cet organe. Dans une étude publiée en janvier dans la revue britannique Nature Communications, la même équipe montre que l’acide phénylbutyrique (PBA), un médicament utilisé jusqu’ici dans une maladie génétique rare, permettrait d’inhiber la production de LCN2, donc de ralentir l’évolution des maladies rénales. Les résultats de cette étude ouvrent ainsi la voie à une perspective thérapeutique prometteuse.

COMMENT ÇA MARCHE ?

 Les MRC résultent souvent d’autres pathologies, qui agressent les reins : diabète, hypertension, maladies auto-immunes (quand le système immunitaire s’attaque par erreur à ses propres organes)… Dans les cas les plus sévères, les atteintes portées au rein font que celui-ci perd progressivement sa fonction de filtre : les protéines, et notamment l’albumine, peuvent alors traverser sa paroi et se retrouver dans les urines en quantité anormale. On parle alors de protéinurie. La protéinurie entraîne elle-même un « stress cellulaire », qui se traduit par l’autodestruction des cellules du rein, au terme d’une « cascade moléculaire » appelée UPR (Unfolded Protein Response).

 Les tests menés par l’équipe du Pr Fabiola Terzi, de l’hôpital Necker-Enfants malades, ont mis en avant le rôle de l’albumine, en particulier, sur les cellules rénales, à l’origine de cette cascade moléculaire. En traitant un modèle de souris atteinte de protéinurie, l’équipe de chercheurs a montré que l’inhibition de l’UPR – et par conséquent celle de la lipocaline 2, responsable du déclin de la fonction rénale – par l’acide phénylbutyrique (PBA) permet de ralentir la progression de la maladie. Une réduction marquée du stress cellulaire a été observée, ainsi qu’une « amélioration spectaculaire » des lésions et de la fonction rénale.

Un premier test d’observation a ensuite été réalisé chez un patient qui présentait une protéinurie associée à une maladie génétique rare, laquelle justifiait un traitement par PBA. Les chercheurs ont ainsi pu évaluer l’effet de la molécule sur l’expression de la lipocaline 2 dans les urines de ce patient. « Nos résultats, vraiment impressionnants, confirment que l’acide phénylbutyrique peut inhiber la lipocaline 2 chez l’homme », conclut Fabiola Terzi. Avec une réserve, cependant : « Ces données doivent être étudiées avec précaution car l’insuffisance rénale de ce patient était associée à d’autres pathologies très complexes. Son profil était donc très éloigné de celui d’un patient « classique ». »

LES PERSPECTIVES

 Désormais, l’objectif des chercheurs est d’étendre rapidement cette étude à d’autres patients présentant une protéinurie « simple ». L’intérêt thérapeutique d’un tel traitement pourrait alors être évalué à différents stades de la maladie rénale, pour lutter contre les lésions du rein et retarder au maximum la dialyse, une technique médicale qui, par la pose d’un cathéter, prend le relais des reins défaillants pour filtrer et purifier le sang. En attendant, en plus d’être une nouvelle cible thérapeutique, le dosage urinaire de la lipocaline 2 peut d’ores et déjà être considéré comme un marqueur intéressant de l’évolution des maladies rénales chroniques. •

 RALENTIR LA PROGRESSION DES MALADIES RÉNALES CHRONIQUES

 Des pathologies comme le diabète ou l’hypertension peuvent porter atteinte aux reins. Ceux-ci ne parviennent alors plus à filtrer le sang, et des protéines se retrouvent en quantité anormale dans l’urine.

 

LA MALADIE

 Lorsque l’urine présente un trop fort taux d’albumine, un mécanisme moléculaire appelé UPR se déclenche. En activant une protéine, la lipocaline 2 (LCN2), il conduit à la mort des cellules rénales. Le rein développe des lésions et ne peut plus fonctionner correctement.

 Image3

 L’ESPOIR

 L’acide phénylbutyrique (PBA), un médicament déjà utilisé pour traiter une maladie génétique rare, permet d’éviter que l’UPR ne se déclenche. La LCN2 n’étant plus activée, les cellules rénales survivent.
rein


 

 L’apparition de lésions du rein ralentit ; le développement de la maladie rénale chronique est maîtrisé.

SOURCES NATURE COMMUNICATIONS. INSERM.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.