TOUT SAVOIR SUR HALLOWEN   Leave a comment

Savez-vous vraiment tout sur Halloween?

De sa véritable origine aux rites les plus étranges en passant par la signification des couleurs, voici quelques curiosités sur la fête que tout le monde ne connaît pas

provided by Mondadori

 2016-10-31_121839

CULTURE, LOISIRS & TENDANCES – 18 OCTOBRE 2016

Frissons, terreur, effroi et… un jackpot financier. Dans de nombreux pays, Halloween est devenue une fête qui n’est détrônée que par Noël en termes d’impact culturel et de bénéfices économiques. Elle s’est propagée un peu partout au cours de ces vingt dernières années et s’est immiscée dans les plus diverses traditions locales. Regardons d’un peu plus près certains aspects sans doute méconnus de la fête du « bonbon ou bâton ».

“La sorcière est une des principales actrices de la fête. La meilleure façon d’en apercevoir une la nuit d’Halloween serait dit-on de porter des vêtements à l’envers et de marcher à reculons.”

Une fête italienne

Halloween n’a pas été inventée par les Américains, mais par la Rome antique, qui s’inspira du Samain celte, la fête « de fin d’année » célébrant le 31 octobre le passage de la saison claire à la saison sombre. Les Romains en firent la fête des morts. Vint ensuite le pape Boniface IV qui christianisa la date en la reliant au jour de tous les Saints, au VIIe siècle. La fête ne s’enracina aux États-Unis que dans la deuxième moitié du XIXe siècle avec les vagues d’immigrés irlandais qui importèrent leurs traditions et l’installèrent comme une fête laïque.

Le chiffre d’affaires

Halloween génère une économie de grande envergure, notamment aux États-Unis : des statistiques récentes mentionnent que les Américains sont quelque 160 millions à fêter cet événement, chacun dépensant en moyenne entre 75 et 80 dollars en costumes, citrouilles, sucreries et accessoires divers. Au total, on parle d’un chiffre d’affaires qui peut dépasser les 7 milliards de dollars. Halloween est en passe de devenir un business toujours plus important dans d’autres pays aussi, dans une moindre mesure toutefois : elle est en croissance surtout en Grande Bretagne où l’on dépense plus de 450 millions de livres sterling par an, et en Allemagne, avec une dépense de 200 millions d’euros.

Le choix de la couleur orange

Ce n’est pas uniquement la couleur de la citrouille car cette couleur évoque traditionnellement le concept de force : outre la célébration de l’automne, la couleur symbole de la fête rappelle aussi la qualité de l’énergie vitale. Et en ce qui concerne le noir, il a pour fonction de relier intuitivement le monde de la nuit et celui des forces obscures. Deux couleurs en oxymore, pour une fête qui affronte la mort en lui opposant la puissance de la vie.

Jack-la-lanterne

La citrouille au visage sculpté et éclairé d’une bougie provient d’une légende irlandaise : elle s’inspire du légume (en réalité, il s’agissait d’un navet) qui fut utilisé comme porte lanterne par Stingy Jack, un maréchal-ferrant ivrogne condamné à errer entre l’Enfer et le Paradis après avoir pactisé avec le diable.

La peau de la vie

Il existe aux États-Unis une tradition d’Halloween peu connue ailleurs. Il s’agit de peler une pomme avec un couteau pour savoir la durée de notre vie : celui qui parvient à l’éplucher sans la casser aura la garantie d’une longue vie.

Les Âmes Affamées

À Hong Kong la fête d’Halloween est très similaire à celle des Américains, avec toutefois quelques différences. Il s’agit de la fête des Âmes Affamées, avec pour rite principal d’allumer des feux de joie pendant lesquels on offre de la nourriture aux fantômes, pour assouvir leur faim et éviter qu’ils ne tournent leurs appétits sur les vivants.

Les sorcières de Salem

Salem est une bourgade du Massachusetts traditionnellement liée aux sorcières, et elle est à ce titre surnommée la « capitale d’Halloween ». On raconte que c’est ici que les sorcières se réunissaient le 31 octobre pour accomplir leurs rites : voilà pourquoi la sorcière est une des principales actrices de la fête. La meilleure façon d’en apercevoir une la nuit d’Halloween serait dit-on de porter des vêtements à l’envers et de marcher à reculons.

13 sucreries

Pour respecter la tradition à la lettre, celle transmise depuis la nuit du Samain des Celtes jusqu’aux usages actuels, le rite du « bonbon ou bâton » doit être effectué 13 fois, en frappant à 13 portes distinctes et en prononçant la phrase fatidique 13 fois. Une autre curiosité : le 2 novembre, jour des Défunts, la tradition chrétienne prévoyait que la nourriture collectée soit destinée aux mendiants, qui remerciaient alors par leurs prières pour les défunts.

La peur d’Halloween

Halloween est désormais si répandue dans notre culture qu’elle a généré une phobie en miroir, scientifiquement diagnostiquée : la samhainophobie. Il s’agit d’une peur irrationnelle de cet événement, assimilable à la peur des araignées (arachnophobie) et à la peur des cimetières (coïmétrophobie). Elle est associée à la peur des fantômes (phasmophobie), des sorcières (wiccaphobie) et de la nuit (nyctophobie).

Credits photo: OLYCOM/MONDADORI PORTFOLIO

LA NOUVELLE VIE DES PAVÉS PARISIENS   2 comments


La
nouvelle vie des pavés parisiens

La mairie de Paris a décidé de mettre à profit une richesse jusqu’ici délaissée les milliers de blocs de granit qui dorment sous le bitume de la Ville Lumière.

TEXTES ! ÉRIC LE MITOUARD

Sous la chaussée parisienne… une carrière de granit. Une montagne de petits blocs de 100 cm3 de roche, tirés depuis des décennies des sols de Bretagne, des Vosges ou d’Espagne, qui font partie du paysage de la ville. Que se­raient la place de l’Etoile ou bien les rues de Montmartre sans ces pavés ? Leur utilisa­tion, en mai 1968, comme arme improvisée contre les CRS, a même renforcé leur valeur historique.

Pourtant, aujourd’hui, le pa­vé n’est plus à la mode dans les aménagements urbains. C’est en revanche un nouveau mar­ché qui s’ouvre à la capitale. Une fois extraits, nettoyés et recyclés dans les entrepôts de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), ils sont revendus aux aménageurs d’Ile-de-France. « Nous les cédons au prix de revient, 40 € au lieu de 120 € la tonne de granit neuf. Les col­lectivités voisines peuvent ain­si faire des économies et cela favorise l’économie circulai­re », se réjouit Antoinette Guhl, adjointe chargée de ces ques­tions auprès d’Anne Hidalgo. Sous les 1 625 km de chaus­sées, les pavés sont aujourd’hui encore cachés sous une cou­che de bitume. A l’occasion des réfections de voirie, la règle est désormais de privilégier le re­vêtement de béton bitumineux. Résultat : pas moins de 10 000 t de pierres naturelles sont chaque année récupérées à Paris. Au total, les services de la Ville estiment que 3 millions de tonnes de granit sont encore sous nos pieds ou en bordures de trottoir. Depuis une délibé­ration du Conseil de Paris du mois d’avril, la ville peut reven­dre son granit à qui veut : amé­nageurs ou… vendeurs de sou­venirs..

«C’EST UNE CARRIÈRE GÉANTE QUI PEUT ETRE EXPLOITÉE ENTRE 250 ET 300 ANS»

PATRICK MARCHETTI, RESPONSABLE DU CENTRE DE MAINTENANCE DE LA VILLE

10 000 T de granit sont récupérées chaque année sur les chantiers parisiens.

 40€ la tonne, c’est la valeur des pavés recyclés, c’est-à-dire 8 centimes chacun. Le granit neuf s’élève à 120 € la tonne.

2.5 à 3 millions de tonnes de granit sont potentiellement réutilisables à Paris, dont les 3 200 km de bordures de trottoirs.

300 000 € C’est l’estimation de ce que pourrait rapporter chaque année le marché du pavé parisien.

 2016-10-27_200616

Le pavé, qui a fait son apparition en 1181 sous Philippe II dit Philippe Auguste, pour assainir la chaussée pari sienne, est encore utilisé pour la réfection de grandes avenues historiques comme les Champs-Elysées ou la pla­ce de l’Étoile. Mais ces blocs à la surface inégale ne sont plus au goût du jour. « C’est une ques­tion d’adaptation à la vie urbai­ne, souligne Patrick Marchetti, responsable du centre de maintenance et d’approvision­nement de la Ville de Paris. C’est vrai que les pavés rendent la circulation automobile bruyante et qu’ils ne sont pas confortables à la marche. »

Pourtant, pas de doute, le granit est un matériau à valori­ser. « Il est réutilisable à l’infini. Cela en fait un marché à opti­miser au maximum, poursuit Patrick Marchetti. Avec tous les pavés que nous sortons des chantiers et la capacité exis­tante dans le sol, Paris est une carrière géante qui peut être exploitée entre 250 et 300 ans. » La mairie de Paris développe ce potentiel pour la capitale elle-même mais aussi sur l’ensemble du Grand Paris. « Nous avons déjà un partena­riat en cours de signature avec Plaine Commune (Seine-Saint-Denis). Maintenant, c’est aux architectes et amé­nageurs de penser à utiliser davantage ce matériau no­ble », souligne Patrick Mar­chetti.

ELLE EN A FAIT SON BUSINESS

 2016-10-27_195833Margaux Sainte-Lagüe a eu LA bonne idée, en juin, après s’être cassé la figure en deux roues aux Champs-Elysées, à cause d’un pavé, elle a cherché à acheter ce petit bout de Paris en souvenir. « le trouvais que cela pouvait être cool de l’avoir en déco chez moi. Or, à ma grande surprise, c’était introuvable. J’ai donc lancé ma petite entreprise, j’en ai acheté 5 tonnes aux services de la Ville de Paris (la quantité minimum vendue par les services techniques). Cela représente quand même près de 2 500 petits cubes. Après les avoir lavés dans mon atelier du Xl« arrondissement, retravaillés, peints avec le sigle Pavé parisien, les avoir encordés et étiquetés, j’ai transformé ce morceau de patrimoine parisien en souvenir », lance cette entrepreneuse de 29 ans qui a touché le jackpot. Elle vend en effet le pavé à 60 € l’unité, alors qu’il vaut 8 centimes la pièce sur les chantiers. « C’est la valeur d’un bel objet avec une part d’histoire, incassable et garanti à vie. » Cette pro du marketing propose même un pavé « mai 1968 » à 80 €… « Je ne dis pas qu’il a été jeté sur un CRS en mai 1968. Mais j’ai trouvé le sable qui allait bien avec et la colle qui convient. Et j’ajoute le slogan Sous les pavés, la plage. » Une prochaine création, peinte à la feuille d’or, sera vendue 150 C. En un mois, Margaux a vendu une cinquantaine de pavés, en majorité à des Parisiens. Elle se dit déjà prête à en racheter 5 tonnes avec la bénédiction de la Ville.

Publié le 27 octobre 2016 par micdec dans Actualités et politique, Le Passé, Mémoire, PARIS, SOUVENIRS

Tag(s) associé(s) : , , ,

LES ENJEUX POLITIQUES EXPLIQUENT LES GUERRES ACTUELLES   2 comments

syrie_russie_batavia-1728x800_c

Mais pourquoi donc la SYRIE qui, sans être une « démocratie », était encore au début des années 2000 un pays ou il faisait « à peu près bon vivre » ……..?
Pourquoi donc Bachar El Assad serait il devenu subitement un « tyran sanguinaire » aux dires de certains……?
Lisez ci dessous une analyse pertinente sur le Moyen Orient, l’Ukraine, la Crimée, et pourquoi Obama laissa tomber Hollande qui voulait aller en Syrie etc….
Ou, comment jouer au billard à huit bandes !

En 1971, UNE POCHE de GAZ GIGANTESQUE a été découverte, dans Le GOLFE PERSIQUE, répartie à moitié moitié entre LE QATAR et L’IRAN.
Cette poche, les Qataris l’ont nommé NORTH DOME, et les Perses – ou Iraniens – l’ont nommée SOUTH PARS (rien à voir avec Éric CARTMAN).
Cette POCHE de GAZ REPRÉSENTE 20% des RÉSERVES NATURELLES de GAZ du MONDE.

LE QATAR a commencé les forages en 1988, pour passer, à partir de 1996, en PHASE DE PRODUCTION et AUGMENTER PROGRESSIVEMENT sa CAPACITÉ de PRODUCTION, au fil des années.

L’IRAN, du fait du BLOCUS ÉCONOMIQUE qui le frappait, n’a pu commencer l’exploitation de ce champ que BIEN PLUS TARD, mais RATTRAPE DEPUIS son RETARD.

De l’autre côté, schématiquement, L’EUROPE est UN GIGANTESQUE CONSOMMATEUR de GAZ qui ne produit pratiquement rien et doit tout acheter sur LE MARCHÉ INTERNATIONAL.

LES TROIS GRANDES SOURCES de GAZ qui ALIMENTENT L’EUROPE sont L’ ALGÉRIE, LES CHAMPS de LA MER du NORD (exploités par LE ROYAUME UNI et LA NORVÈGE) et…… LA RUSSIE.

LA RUSSIE ayant réussi à nouer des liens proches avec l’ALGÉRIE, L’EUROPE vit donc dans UNE SITUATION de DÉPENDANCE STRATÉGIQUE PERMANENTE vis-à-vis d’une coupure toujours possible du GAZ RUSSE qui, si elle était également appliquée par L’ALGÉRIE, plongerait L’EUROPE dans UNE CRISE ÉNERGÉTIQUE GRAVE.

LA CONJONCTION de ces DEUX FACTEURS, d’un côté UN QATAR et UN IRAN PRODUCTEURS MASSIFS d’un GAZ ABONDANT, et de l’autre d’UNE EUROPE qui voudrait DIVERSIFIER ses SOURCES d’APPROVISIONNEMENT ÉNERGÉTIQUES, tout cela explique le RAPPROCHEMENT entre LA FRANCE et LE QATAR (mais aussi LE RELÂCHEMENT du BLOCUS IRANIEN).

Donc, à partir de 2007, UN QATAR ayant des QUANTITÉS IMMENSES de GAZ à FOURGUER a commencé à DRAGUER L’ÉTAT FRANÇAIS, s’offrant des Clubs de Foot, des Coupes du Monde pour devenir populaire et… en substance, MONTER un PROJET de GAZODUC DIRECT, allant du QATAR, passant par L’ARABIE SAOUDITE, rejoignant LA TURQUIE, puis rentrant en EUROPE par LES BALKANS.
Le seul problème… c’est qu’entre L’ARABIE SAOUDITE et LA TURQUIE, il n’y a que deux Pays, le premier étant L’IRAK et le second… LA SYRIE.
L’IRAK étant en guerre et jugé totalement inadéquat pour y construire un gazoduc, les Qataris et les Saoudiens ont proposé, en 2009, à Bachar EL ASSAD de CONSTRUIRE ce GAZODUC sur SON TERRITOIRE.
Bachar EL ASSAD étant allié de LA RUSSIE, LA RUSSIE lui fit REFUSER ce TRANSIT, puisque CE GAZ QATARI allait LA PRIVER de SON ARME STRATÉGIQUE contre L’EUROPE.

ASSAD refusa donc, en conséquence de quoi, en 2011 LE QATAR et L’ARABIE SAOUDITE consacrèrent quelques milliards d’Euros à LA CRÉATION de MILICES en SYRIE pour entamer un conflit contre ASSAD, dans l’espoir de le destituer, étant entendu que L’ÉTAT qui prendrait sa place pourrait être ISLAMISTE ou N’IMPORTE QUOI d’AUTRE, la seule obligation qui lui incomberait, dès sa prise de pouvoir, SE RÉSUMANT à LA CONSTRUCTION de ce GAZODUC.

LE QATAR et L’ARABIE SAOUDITE financèrent ainsi AL NOSRA, branche d’Al QAÏDA en SYRIE, avec la bénédiction d’ISRAËL qui voyait d’un bon œil la chute d’El ASSAD, qui ainsi arrêterait de financer LE HEZBOLLAH qui du coup n’aurait PLUS EU de FINANCEMENT pour continuer de TIRER des ROQUETTES sur ISRAËL.

Et LA GUERRE CIVILE en SYRIE éclata, et … LA GUERRE s’enlisa, pendant des mois, des années…
En septembre 2013, excédés par le temps que prenait CETTE PETITE GUERRE COLONIALE, LES USA, LA FRANCE etLE ROYAUME UNIse décidèrent à envoyer UNE FLOTTE de GUERRE pour appuyer LES REBELLES SYRIENS et faire chuter BACHAR et SON RÉGIME.
LA RUSSIE, qui ne l’entendait pas de cette oreille, envoya PLUSIEURS NAVIRES de GUERRE s’interposer entre LA CÔTE SYRIENNE et LA COALITION qui allait passer à l’attaque.

Il faut ici comprendre que la façon de FAIRE LA GUERRE des USA est très monolithique, codifiée… lorsqu’ils PASSENT à l’ATTAQUE, ils le font :
1) avec des MISSILES TOMAHAWK, qui permettent de détruire les radars à interférométrie et les radars passifs (ceux qui voient les avions furtifs),
2) ce qui permet ensuite d’envoyer l’aviation furtive détruire les défenses anti aériennes et les PC de commandement,
3) ce qui permet ensuite d’envoyer la vague de bombardiers classiques pour inonder les troupes terrestres ennemies de bombes.

Donc, TOUTE LA STRATÉGIE AMÉRICAINE est basée sur L’ATTAQUE PREMIÈRE des TOMAHAWKS.
En septembre 2013, LA FLOTTE AMÉRICAINE, avant de lancer le gros de ses TOMAHAWKS en a lancé deux, de « RECONNAISSANCE »… et ils ont eu la très désagréable surprise de les voir tomber dans l’eau, leurs missiles ayant été brouillés par LES CONTRE-MESURES ÉLECTRONIQUES de LA FLOTTILLE RUSSE.
Donc, alors que la télé nous bombardait avec les explications sur l’attaque qui allait avoir lieu, que HOLLANDE l’avait annoncée publiquement… eh bien L’OCCIDENT a dû REPLIER SES BILLES et RENTRER PENAUD à LA MAISON, puisque L’ATTAQUE ne POUVAIT PAS AVOIR LIEU.
Et, CETTE GUERRE ANNONCÉE fut oubliée du jour au lendemain par nos medias.
La VENGEANCE de l’OCCIDENT eut lieu quelques mois plus tard, en UKRAINE.
Une RÉVOLUTION fut organisée par LES SERVICES SECRETS EUROPÉENS.

Des barbouzes de la DGSE engagèrent QUELQUES CENTAINES de MERCENAIRES pour ORGANISER UN COUP d’ÉTAT, qui eut BIEN LIEU, le but premier étant de punir LA RUSSIE qui avait eu l’outrecuidance de croire qu’elle pouvait agir en tant que SUPERPUISSANCE.
Et, L’UKRAINE tomba aux mains d’UNE JUNTE PRO-OCCIDENTALE.

LA RUSSIE réagit en récupérant LA CRIMÉE et en réussissant à utiliser LE SENTIMENT PRO-RUSSE d’une bonne moitié de L’UKRAINE pour entamer là-bas UNE GUERRE CIVILE.
(Un avion de ligne abattu dans le ciel ukrainien) permet à L’EUROPEd’inventer des SANCTIONS ÉCONOMIQUES contre LA RUSSIE, ce qui permit de METTRE à MAL L’ÉCONOMIE RUSSE et de diminuer la valeur du Rouble par deux face à l’Euro tout comme au Dollar.
Mais, LA RUSSIE survécut SANS TROP de PROBLÈMES au CHOC ÉCONOMIQUE.

Pendant ce temps, LA GUERRE continuait en SYRIE… AL NOSRA avait accouché d’un monstre, L’ÉTAT ISLAMIQUE, la GUERRE de TRANCHÉES était de plus en plus DÉFAVORABLE au RÉGIME d’El ASSAD…

L’IRAN, considérant – à juste titre – que L’ARABIE SAOUDITE finançait l’EI aussi bien en SYRIE qu’en IRAK, L’IRAN soutenant LES POUVOIRS CENTRAUX SYRIEN et IRAKIEN et étant en CONFLIT OFFICIEUX avec L’ARABIE SAOUDITE sur deux fronts déjà, décida d’appuyer une RÉVOLTE ARMÉE au YÉMEN contre L’ARABIE SAOUDITE.

Ce conflit débuta en mars 2015.

Ainsi donc, L’IRAN et L’ARABIE SAOUDITE sont en conflit désormais sur TROIS FRONTS, en SYRIE, en IRAK et au YÉMEN… l’EXPLOITATION de LA POCHE de GAZ NORTH DOME/SOUTH PARS étant évidemment le NŒUD du PROBLÈME.
C’est ainsi que LA RUSSIE décida d’intervenir directement en SYRIE, il y a un ou deux mois, pour ASSISTER le POUVOIR CENTRAL, en faisant travailler essentiellement SON AVIATION, SANS TROUPES au SOL.

L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme, comme disait Tonton VICTOR…
Les troupes d’EL ASSAD reprenant le dessus, la construction QATARO-ARABO- TURCO-ATLANTISTE tombait à l’eau.

Qui plus est, L’ÉTAT ISLAMIQUE et AL NOSRA ayant poussé le bouchon un peu plus loin que ce qui était attendu… il devenait de plus en plus difficile pour les « DÉMOCRATIES » occidentales de faire croire qu’elles étaient du côté du « BIEN »… et l’on ne peut que constater l’HABILETÉ avec laquelle POUTINE a réussi à remporter LA GUERRE MÉDIATIQUE en OCCIDENT.

(Extrait de Publi de « ROUSLAN TOUMANIANTZ »).
Pax melior est quam iustissimum bellum… !

ça vous parait plus clair ? Oui? Pas forcément?

En tout cas moi je trouve que “ça sent le gaz”
Et de plus en plus…

Publié le 26 octobre 2016 par micdec dans Actualités et politique, Daesh

Tag(s) associé(s) : , ,

RÉGIONS ••<Les nouveaux noms, c’est officiel   Leave a comment

RÉGIONS ••<

Les nouveaux noms, c’est officiel

Le décret réduisant le nombre de régions de 21 à 12 a été publié hier.

LE NOM des sept nouvelles grandes régions, issues de la réforme territoriale qui a réduit le nombre de régions métropolitaines, a été entériné hier au « Journal officiel ». Le nombre de régions métropolitaines est passé de 21 à 12, avec la fusion de certaines d’entre elles.

La région Grand-Est

(chef-lieu, Strasbourg) désigne ainsi la région issue des anciennes régions Alsace, Champagne -Ardenne et Lorraine.

La Normandie

(Rouen) est issue du regroupement de la Basse-Normandie et de la Haute-Normandie.

L’Occitanie

(Toulouse) correspond à la réunion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

 La région Hauts-de-France

(Lille) regroupe les trois ex-régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie.

 Auvergne – Rhône-Alpes

(Lyon) regroupe… les régions Auvergne et Rhône-Alpes.

Nouvelle-Aquitaine

 (Bordeaux) regroupe les régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes

 la Bourgogne – Franche-Comté

(Dijon), elle réunit les deux ex-régions du même nom.

 

Par ailleurs, Manuel Valls, en déplacement à Reims, a annoncé que la dotation globale de l’Etat pour financer les régions sera remplacée à compter de 2018 par le transfert d’une « fraction de TVA ». Les régions demandaient 600 M€ de nouvelles recettes pour compenser leurs nouvelles dépenses dans le domaine économique. Compétences proches de celles des länder en Allemagne (Etat fédéral) : elles pourront aider directement les PME et les ETI (entreprise de taille intermédiaire), aider les chômeurs à retrouver un emploi… Valls a même envisagé que les régions disposent un jour d’une part de pouvoir réglementaire. « L’Etat ne décide plus seul depuis Paris, ça a changé, il faut que chacun le comprenne », va-t-il déclaré.

Publié le 30 septembre 2016 par micdec dans LES NOUVEAUX NOMS

Tag(s) associé(s) : ,

CHOISISSEZ BIEN VOTRE AMOUREUX   1 comment

CHOISISSEZ BIEN VOTRE AMOUREUX

Le séducteur : immature ou compulsif ?

A moins de décider d’être une couple libertin, devoir subir les « coups de drague » de votre moitié est difficile à vivre. Quand vous vous êtes rencontrés, d’ailleurs, vous avez peut-être eu la sensation d’être « l’élu(e) », celui ou celle qui saura calmer ses ardeurs. Il se trouve qu’il y a deux cas de figures : soit l’immaturité, soit la séduction compulsive. 
Dans le premier cas, une petite frasque qui a fait vaciller le couple a suffi à lui faire peur de vous perdre, et tout est rentré dans l’ordre. Dans l’autre, c’est plus compliqué car la compulsion fait appel à un besoin profond de se rassurer.
Que faire ? Poser vos limites, mettre un ultimatum. Vous venger ne changera rien et ne fera qu’envenimer la situation. Et bien sûr, partir dès que les limites sont dépassées. Certains couples arrivent à s’en accommoder, et à « pardonner » en sachant que l’autre a un amour profond. La seule question : votre seuil de tolérance.

Le mythomane : plus belle la vie ?

Vivre avec quelqu’un qui vous ment en permanence est éprouvant pour les nerfs ! Il vous cependant déterminer rapidement les raisons de ce mensonge.
De deux choses l’une, soit l’autre vous mène en bateau sur les réels sentiments qui l’animent. Le mensonge sert alors à dissimuler son hésitation à vous quitter. Il se ménage alors des petits plaisirs parallèles, ment pour voir ses copains (ou copines !). Il peut aussi mentir sur une situation difficile, qui concerne l’argent ou le travail. 
Si le degré de mensonge vous semble plus « grave », vous avez affaire à un mythomane : il ment sur sa vie, s’invente des personnages, exagère systématiquement tous les récits, en crée de nouveaux. 
Comment réagir ? A vous d’élucider ce qui cloche et de mettre carte sur table. Si le mensonge est circonstanciel, trouvez ensemble des solutions et assurez-vous que le mensonge n’atteint pas d’autres domaines de votre vie de couple. Dans le cas où la mythomanie est avérée, direction le cabinet du psy… ou la porte de sortie !

Le lunatique : votre abonnement aux douches écossaises

Passer du rire aux larmes, de la joie à la colère… C’est épuisant. Il/elle change d’humeur comme de chemise et pour vous, c’est les montagnes russes. 
Le matin il vous couvre de gentilles attentions, et le soir c’est la soupe à la grimace. Il peut vous promettre un week-end idyllique et changer d’avis à la dernière minute… Vous subissez ses hauts et ses bas au premier degré et commencez à douter. 
Comment réagir ?
Dans un premier temps, acceptez ses changements d’humeur sans remettre de l’huile sur le feu. Essayez de lui faire comprendre en douceur, sans l’accuser, que ses changements d’humeur vous déstabilisent et vous font souffrir. Dites lui « ce que je ressens » et non « tu es comme ça ».
Si cela ne suffit pas à apaiser son comportement, tournez-lui gentiment le dos : faites ce que vous avez prévu, isolez-vous pour le laisser dans sa mauvaise humeur, sortez, voyez des amis. Cela finira peut-être par faire « tilt ». Si vous tenez beaucoup à votre relation, alors avancez en confiance : manifestez-lui votre amour inconditionnel, et laissez-le dans sa bulle quand il le faut. D’ailleurs, vous pouvez très bien verbaliser ce « contrat » pour trouver un équilibre.

Le pessimiste : noir c’est noir

Avec lui, rien n’est jamais assez bien : il voit tout en noir et ne ressort presque jamais le positif des situations. C’est une personne qui a un important déficit de confiance, qui a le sentiment qu’il ne mérite pas d’être heureux. Il peut aussi couver une dépression. 
Quoi qu’il en soit, il repeint en noir tous les tableaux que vous dressez sur sa route et cela finit par affecter votre humeur : son pessimisme est contagieux !
Comment réagir ? Essayez d’inverser la tendance : votre optimisme est aussi transmissible. Changez l’angle de sa caméra, prenez-le par la main. Discutez pour savoir d’où lui vient ce mal-être et au besoin, dirigez-le vers un psychothérapeute.

Le pervers narcissique : sadique et manipulateur

C’est le cas le plus « grave » : une personnalité aux déviances psychologiques lourdes et souvent irréversibles. Il séduit, puis change de visage, souffle le chaud et le froid. Puis il vous pompe votre énergie et vous étouffe dans un sentiment de culpabilité inextricable, que vous avez bien du mal à expliquer. Tellement tourné sur lui-même, il est incapable d’empathie.
Vivre avec ce type de personnalité est voué à l’échec, à moins que vous ayez un sentiment d’abnégation à toute épreuve et que arriviez à « laisser glisser » ses attaques et ses remarques sans vous sentir atteint(e). Mais dans ce cas, il y a fort à parier que c’est lui qui aura envie de prendre le large. Pour savoir s’il « en est », consultez cette liste, établie par la spécialiste des pervers narcissiques, la psychothérapeute Isabelle Nazare-Aga : 
Les 30 caractéristiques du pervers narcissique
Comment réagir ? Au moindre signe de violence verbale (on ne vous parle même pas des violences physiques), prenez du recul. Il reviendra vous chercher si vous lui échapper. Pour ensuite mieux vous maltraiter. La pathologie est tellement lourde que la seule solution, c’est la fuite !

Le conseil : des enquiquineurs, il y en a à la pelle ! Nous vous conseillons cet ouvrage, qui regroupe d’autres typologies de personnes toxiques, avec des techniques efficaces pour leur couper l’herbe sous le pied : 
Ces gens qui vous empoisonnent l’existence, Lilian Glass, poche Marabout

COMPRENDRE LES REMBOURSEMENTS DE LA SÉCURITÉ SOCIALE   1 comment

Mutuelle : comprendre mes remboursements

Par  29/10/2015 à 11:57 | 1 021 Vues

Forfaits, pourcentages, part complémentaire, part Sécurité Sociale, avance des frais? Vous êtes perdu dans vos remboursements ? Voici quelques éléments pour vous permettre d’y voir plus clair !

Mutuelle : comprendre mes remboursements

Remboursements de santé : comment ça marche ?

Qu’il s’agisse d’une consultation chez le généraliste, chez le spécialiste, de soins ou d’hospitalisation, les honoraires facturés sont généralement divisés en 3 parties distinctes : 
• la part prise en charge par la Sécurité sociale (ou Assurance maladie) ;
• la part prise en charge par votre mutuelle ;
• la part restant à votre charge.

Les niveaux de remboursements varient selon de nombreux facteurs comme la nature de l’acte, le tarif conventionnel du praticien ou encore le degré de couverture offert par votre mutuelle.

À savoir : le tarif conventionnel est le tarif sur la base duquel s’effectue le calcul pour le remboursement d’un acte médical par l’Assurance maladie (définition du Service public).

Comprendre les remboursements de la Sécurité sociale

Vous souhaitez savoir à quelle hauteur l’Assurance maladie remboursera des soins ou une consultation ? Si vous avez respecté le parcours de soin, c’est-à-dire si vous avez consulté un spécialiste sur prescription de votre généraliste par exemple, l’Assurance maladie vous remboursera à hauteur de 70 % du tarif de base de la Sécurité sociale (TBSS).

Le TBSS est un barème qui varie selon la nature de l’acte médical. Prenons par exemple une consultation chez le médecin généraliste de secteur 1 ne pratiquant pas les dépassements d’honoraires : 23 €. Pour cet acte :
• L’Assurance maladie vous remboursera 15,10 € (70 % × 23 € – 1 € de part forfaitaire restant à votre charge).
• Restent donc 6,90 € remboursés par votre mutuelle ou à votre charge, si vous n’en avez pas souscrit. 

À noter : les consultations des praticiens du secteur 2 conventionné, c’est-à-dire pratiquant des dépassements d’honoraires, sont remboursées sur la même base que les consultations du secteur 1 conventionné. Le reste à charge est donc proportionnellement plus important pour l’assuré, à moins qu’il dispose d’une mutuelle très performante.

Publié le 28 septembre 2016 par micdec dans Sécurité Sociale

Tag(s) associé(s) : ,

L’ESCLAVAGE, LE TERRORISME ET l’ISLAM   Leave a comment

SOURCE DES STATISTIQUES 2014:   http://www.muslimpopulation.com/

Extraits de: « Slavery, terrorism, and Islam » The historical roots and contemporary threat Traduits  de l’anglais par : G. T.

L’esclavage, le terrorisme et l’Islam : Les Racines Historiques  et la Menace Contemporaine par: Dr. Peter Hammond

http://www.amazon.com/Dr.-Peter-Hammond/e/B002YPPHPM  L’auteur : le Dr. Peter Hammond détient un doctorat en théologie.

 MODUS OPERANDI

L’Islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie complet.

L’Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales et militaires. La composante religieuse sert à masquer  toutes les autres.

L’islamisation d’un pays débute  lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à l’intérieur du pays pour commencer à revendiquer des accommodements religieux.

Lorsque les sociétés ouvertes à la diversité culturelle, à la rectitude politique et à la tolérance consentent aux demandes d’accommodements religieuses provenant de leurs communautés musulmanes, les autres composantes s’infiltrent progressivement.

2016-07-18_070012

Voici comment ça fonctionne:

Aussi longtemps que la population musulmane demeure autour ou inférieure à 2%, peu importe le pays, elle sera perçue comme étant une minorité pacifique, et non comme une menace par les autres citoyens.  C’est le cas présentement:

2016-07-18_070228

Entre 2% à 5%, le prosélytisme (la conversion) des autres minorités ethniques et des groupes marginaux commence par le recrutement des détenus dans les prisons et des jeunes marginaux faisant partie des gangs de rues. C’est le cas notamment en:

2016-07-18_070301

Lorsqu’ils atteignent 5%, les musulmans exercent déjà une influence excessive en proportion de leur pourcentage de la population. Ils feront alors de la pression pour l’introduction de produits alimentaires « halals », (propres selon les standards islamiques) assurant ainsi l’embauche de musulmans dans  leur préparation. Ils augmenteront leur pression sur les chaînes alimentaires pour que celles-ci mettent ces produits en tablette les menaçant de représailles allant jusqu’à la faillite s’ils ne se soumettent pas à leurs demandes. C’est ce qui se passe en:

2016-07-18_070331

Rendus à ce stade, les musulmans s’infiltreront graduellement dans toutes  les sphères d’influence et travailleront afin que les gouvernements en place leur permettent de se gouverner eux mêmes (à l’intérieur de leurs enclaves « ghettos ») selon  les lois de la  sharia, (loi coranique); le but ultime des Islamistes étant d’établir la sharia dans tous les pays du monde.

Quand le nombre de musulmans approche 10% de la population, ils accroissent le non-respect des lois allant jusqu’à les défier ouvertement afin de revendiquer des conditions de vie propres à leur culture et à leurs croyances. À Paris, nous voyons régulièrement des incendies d’autos dans les enclaves musulmanes. Toute action perçue comme étant anti -musulmane résulte dans des soulèvements de foules et des menaces, comme à  Amsterdam, où l’on s’oppose violemment aux bandes dessinées de Mahomet et des films sur l’Islam. Au moment d’écrire ces lignes 12 personnes viennent d’être tuées chez Charlie Hebdo à Paris…  De telles tensions se produisent à tous les jours, principalement dans les enclaves musulmanes en:

2016-07-18_070405

Lorsqu’ils atteignent 20% de la population, les pays d’accueils connaissent des manifestations de violence déclenchées la plupart du temps pour des peccadilles, la formation de milices djihadistes, des tueries, des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues juives comme en:

2016-07-18_070435

À 40%, les nations expérimentent les massacres sporadiques, les attaques terroristes à répétition, et la guérilla militaire sans répit comme c’est le cas présentement en :

2016-07-18_070457

À partir de 60%, les nations vivent la persécution sans retenue des citoyens non-musulmans (infidèles) de toutes religions (incluant les musulmans qui ne se conforment pas à l’idéologie intégriste), le nettoyage ethnique, l’utilisation de la loi de la sharia comme arme de répression, et l’application de la « jizya » (taxe des infidèles) tel qu’en :

2016-07-18_070514

Au-delà de 80%, l’intimidation est incessante, l’oppression et le djihad violent sévit impunément, le nettoyage ethnique est étatisé allant jusqu’au génocide. Les intégristes  chassent  ou éliminent tous les infidèles (non-convertis) car les pays qu’ils occupent doivent être 100% musulman comme au:

2016-07-18_073502

2016-07-18_073502

Lorsqu’ils atteignent l’objectif ultime et que la population population est devenue musulmane à 100%, cela est supposé selon eux conduire à : « Dar-es-Salaam », la maison Islamique de la Paix. Tous les habitants sont musulmans, les madrasas sont les seules écoles, et le Coran est la seule parole tel qu’en :

2016-07-18_070650

Mais malheureusement, la paix ne survient jamais, car dans ces pays, musulmans à 100%, les plus radicaux exerçant un contrôle total et le pouvoir absolu satisfont leur soif insatiable de sang en tuant leurs coreligionnaires qui sont moins radicaux qu’eux…

« Avant l’âge de neuf ans, j’avais appris le canon qui régit la vie arabe. C’était moi contre mon frère; moi et mon frère contre mon père, ma famille contre les cousins du clan; le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre l’infidèle ».

Leon Uris, “The Haj”.

C’est important de comprendre que dans certains pays, avec des populations musulmanes nettement inférieures à 100% comme la France, que les gens qui vivent  dans ces enclaves (ghettos), sont musulmans à 100%; cette  population vit ainsi sous  la loi de la sharia. La police nationale française n’entre même pas à l’intérieur de ces enclaves. Il n’y a pas non plus de cours judiciaires d’état, ni d’écoles, ni de facilités religieuses non-musulmanes. En pareille situation, les musulmans n’intègrent pas la communauté élargie. Les enfants fréquentent la madrasa, ils n’apprennent que le coran. Le seul fait d’avoir des contacts avec des infidèles est passible de la peine de mort. Conséquemment, dans certains endroits dans certains pays, les Imams musulmans et les extrémistes exercent plus de pouvoir que les autorités élues et les forces policières…

Aujourd’hui, plus de 2 milliards de musulmans constituent 28% de la population mondiale. Cependant, le taux de natalité chez les musulmans dépasse et ce, de beaucoup, les taux de natalité des chrétiens, hindous, bouddhistes, juifs, et de tous les autres croyants ou non-croyants. Les musulmans dépasseront ainsi 50% de la population mondiale avant la fin du siècle.

2016-07-18_070822

Veuillez s’il-vous-plaît transmettre cette information à tous ceux parmi vos proches qui s’inquiètent avec raison de l’avenir sombre qui attend les prochaines générations si nous n’avons pas le courage et la force morale pour renverser ce courant religieux maléfique pour l’humanité. C’est aussi votre combat!!!

« Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé. » –  Winston Churchill

2016-07-18_070934