Discussion sur Vertiges   Leave a comment

 

Citer

Vertiges

 Dans la presse, j’ai découvert cet article que j’ai trouvé super réaliste.
Aussi, avec les précautions d’usage (coordonnées de l’auteur), j’ai pensé qu’il pourrait intéresser d’autres lecteurs.
Ce qui suit n’est donc que le relais de la diffusion. habituelle de cet auteur, et il le mérite bien !!
Bonne lecture….Au fait, qu’en pensez-vous ???

 

Un texte écrit par Christophe Barbier

Editorialiste au journal l’Express

Texte paru dans le numéro 2917 (du 31 mai au 6 juin 2007) de ce journal.

 

VERTIGES

 

 

Se prendre par la main et, dans le vide, sauter. Par SMS ou sur un blog, aiguiser son désespoir en le frottant à celui d’une amie. Engluer ses 15 ans dans le morbide et enjamber un balcon comme on sort d’une impasse. Le drame d’Ajaccio, où deux jeunes filles ont choisi de se défenestrer, n’est pas le premier du genre. Et sans doute pas le dernier. Chaque année, 40 000 jeunes Français tentent d’en finir, et le suicide est la deuxième cause de mortalité des 15-24 ans, après les accidents de la route. Ces ados, sans toujours vouloir mourir, souvent ne veulent plus vivre. La prévention s’améliore et les survivants récidivent peu, mais le scénario d’Ajaccio réveille un effroi particulier: quel vertige intérieur peut donc amener à n’en ressentir aucun face au vide?

Si la mort semble parfois la seule solution au mal de la jeunesse, c’est parce que le gouffre où elle précipite son désarroi est celui de l’existence. La famille, où l’on a du mal à se parler, l’école, où l’on est un parmi d’autres, les copains qui partagent sans aider. Solitude, sentiment d’inutilité, haine de soi: l’adolescence est un cocktail instable qui nourrit les plus beaux volcans d’enthousiasme, des feux d’artifice de créativité ou d’inexplicables implosions. C’est l’âge, aussi, où les bouleversements du corps désorientent l’esprit, où s’échauffe l’obscur objet du désir, où l’on perçoit que la vie est non pas une suite d’instants innocents, comme des notes sur une harmonieuse partition, mais un grand saut permanent vers demain.

Il est inacceptable qu’au XXIe siècle nous en restions à ces poncifs néoromantiques. Que notre temps ne sache pas offrir à la jeunesse un mode d’emploi de la maturité. Que nul ne sache lui dire ce qui l’attend, ni transformer le mur du quotidien en horizon. Comme seul viatique pour l’âge adulte, les adolescents n’entendent qu’un «débrouille-toi» cynique et impuissant ou un «ça ira» aussi affectueux que vain. On pousse la jeunesse vers l’avenir pour qu’elle apprenne à vivre, comme on pousse un chiot dans la rivière pour qu’il sache nager.

Au lieu d’aider les adolescents à affronter le réel, notre temps leur fournit à foison du virtuel. Télé, Net, jeux vidéo: fuir notre monde, être un autre, refaire sa vie avant de l’avoir commencée… Ce nouvel opium offre un fabuleux imaginaire à celui qui en fait ses loisirs, mais un enfer à celui qui le considère comme une réalité de substitution. Les deux adolescentes qui ont sauté à Ajaccio savaient-elles qu’en ce monde il n’y a pas de Second Life?

Face à cette ivresse d’époque, aucune censure, aucune limite, aucun interdit n’est la solution. Sans cesse, les adultes doivent expliquer la vie, montrer à quel point elle est malléable pour ceux qui veulent la pétrir. Sans cesse, ils doivent rappeler de quelle belle musique elle résonne quand elle n’est pas la chambre d’écho des plaintes de l’existence. «Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots.» Chaque jour, auprès des adolescents, il faut faire mentir Musset…

Si vous voulez en savoir plus sur les éditoriaux de ce journaliste, voir : http://www.LEXPRESS.fr

Publicités

Publié 29 août 2007 par micdec dans Espoir...

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :