A QUAND LA DIALYSE A DOMICILE   Leave a comment

A quand la dialyse à domicile ?

SANTÉ.

Des patients insuffisants rénaux s’insurgent. Ils ne peuvent pas bénéficier, alors que la technique existe, de soins à domicile. A peine 7 % des malades y ont droit….

2016-02-22_141651

LA DIALYSE A LA MAISON, si je veux ? En France, pas vraiment.

Si peu qu’à quelques jours de la semaine nationale dédiée aux maladies rénales (du 5 au 12 mars) et la Journée mondiale du rein (le 10 mars) l’association de patients Renaloo tape du poing sur la table. Avec le soutien du député PS et rapporteur du budget de la Sécurité sociale Gérard Bapt, qui en a alerté par courrier la ministre de la Santé hier. Alors que la technique existe, que son choix devrait s’offrir aux insuffisants rénaux (01) qui doivent leur survie à l’assistance régulière et pendant plusieurs heures d’une machine pour filtrer leur sang, ils ne sont que très peu à pouvoir en bénéficier.

Tandis que le taux de dialyse en centres augmente, celui des dialyses à domicile baisse et atteint à

peine 7 %, quand un quart des malades en bénéficient aux Pays-Bas ou en Grande-Bretagne. Aberrant, « alors que le gouvernement incite à plus de soins ambulatoires », juge le député.

« C’est qu’il faut en abattre des obstacles pour y avoir droit ! »(02) gronde Odile. Astreinte à la dialyse depuis vingt-huit ans, l’énergique quadragénaire, qui anime la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (Fnair) en Ile-de-France, revit depuis ce mois de février. Fini les trajets trois fois par semaine — « et les 5 000 € de transport annuels que d’heures captives en centre de dialyse. « J’ai tout testé, même la dialyse de nuit, dans le centre du XL arrondissement à Paris (NDLR : le seul de toute l’Ile-de-France qui propose la dialyse de nuit (03), avec une grosse liste d’attente) », sourit-elle. Désormais, c’est seule ___ maîtresse à bord, chez elle, qu’elle est dialysée, « toutes les fins de soirée sauf le dimanche » ! Et deux heures beaucoup moins contraignantes (04) : « J’organise mes activités dans la journée. Quand je me branche, je lis mes mails, j’écoute de la musique… Plus qu’une liberté ! »

Certes, « il faut être sérieux et autonome, avoir un peu de place pour le matériel (05). Ça ne peut sans doute pas convenir à tout le monde ». Il lui a aussi fallu se former : en se rendant tous les jours depuis novembre de Mantes (Yvelines) à l’hôpital Tenon (AP-HP), à Paris, l’un des rares centres qui apprenne la technique aux malades. Encore fallait-il surtout savoir que l’option existe. « Les patients doivent avoir le choix des modalités de dialyse, adaptées à leur vie et à leur autonomie », insiste Yvanie Caillé, fondatrice et directrice de Renaloo, association de patients née « modeste » communauté Internet en 2002 et qui draine désormais chaque mois. A côté d’une Odile hyperinformée, la majorité des patients n’a pas le choix. Selon le sondage réalisé par Renaloo sur Internet « soit auprès d’une population plutôt plus jeune, plus diplômée et plus au fait », un patient sur deux parmi les 1038 répondants s’estime mal ou pas informé de la dyalise à la maison, un sur trois souhaiteraient l’essayer. Un dialysé sur deux estime d’ailleurs n’avoir pas participé au choix de son traitement, et 55 % des sondés ne savent pas ou peu qu’ils pourraient être greffés sans passer par la dialyse : une stratégie de traitement pourtant plus efficace et recommandée par la Haute Autorité de santé (HAS).

Quarante-deux pour cent de ces dialysés, qui dépendent de la décision, jugée trop opaque, de leur prescripteur, ne sont même pas sur la liste d’attente du registre national des greffes (06), alors que la HAS recommande d’y inscrire les malades avant que leurs reins ne cessent de fonctionner totalement. Pourquoi tant d’obstacles ? « Le monde des néphrologues s’approprie des patients », soupire Odile. « Résistances corporatistes et lucratives », résume Gérard Bapt, appuyant le constat de la Cour des comptes à l’automne. La dialyse, en centre, ça rapporte : 6 000 € par patient et par an. Au détriment des comptes de la Sécurité sociale, et de la meilleure option de soins et de vie du patient.

CLAUDINE PROUST

■ LES CLÉS

  • 2 à 3 millions de personnes sont touchées par une maladie rénale en France.

  • 76 000 sont traitées pour insuffisance rénale terminale (les reins ne fonctionnent plus). 55 % sont dialysés et 45 % sont transplantés.

  • 32 % seulement des dialysés sont inscrits sur la liste nationale d’attente de greffe (66 % en Norvège).

  • 50 % des moins de 60 ans n’y sont toujours pas inscrits 15,6 mois après avoir débuté la dialyse : la Haute Autorité de santé recommande pourtant de le faire un à deux ans avant que les reins cessent de fonctionner.

  • 4 à 5 heures (plus les transports), 3 fois par semaine : le temps d’une hémodialyse réalisée dans un centre. 17 % seulement des 25-65 ans sous dialyse occupent un emploi.

  • 89 000 € par an et par patient : le coût d’une dialyse à la Sécurité sociale.

  • 86 000 € pour une greffe rénale, la première année, 20 000 € les années suivantes.

Moi, Michel DECOMBLE, en tant que dialysé, j’ai pratiqué  les deux solutions :

  • Dialyse péritonéale à la maison, chaque nuit

  • Hémodialyse en hôpital, trois matinées de 4 h par semaine

Je souhaite apporter quelques précisions par rapport à ce texte qui, au sujet de certains détails, est différent de mon vécu.

Je vais donc recopier ci-dessous, en italique, les dits éléments (soulignés dans le texte d’origine) et y apporter mes correctifs personnels, mon vécu !

01 – Alors que la technique existe, que son choix devrait s’offrir aux insuffisants rénaux….

Mais ce choix m’a été proposé des que mes examens ont été concluants, au Service d’Hémodialyse de l’Hôpital privé de l’Ouest Parisien sis à Trappes. Je me suis présenté au responsable du Service, le Dr FOURNIER, des novembre 2011, j’ai été formé en quatre jours et ai pris la responsabilité de me dialyser seul le 19 mars 2011 au soir, avec la machine et les poches de dialysat livrés à mon domicile.

Le délai entre novembre 2015 et mars 2016 a été nécessaire pour la pose en deux phases d’un implant abdominal.

Remarque : l’infirmière chargée de ma formation m’a confié être déçue du peu de personnes, (auxquelles cette solution était proposée), qui acceptaient de peur de devoir se prendre en main seules (avec la rigueur chirurgicale de l’hygiène requise). Certaines demandaient l’assistance d’une infirmière à domicile pour effectuer les opérations de branchement/Débranchement et mise en place des poches et leurs raccordements

NOTA : Si, par la suite, j’ai dû abandonner la dialyse péritonéale, c’est que j’ai fait de la rétention d’eau et deux œdèmes pulmonaires que la dialyse péritonéale ne pouvait juguler. Un cathéter m’a été branché chirurgicalement sur la poitrine pour démarrer au plus vite une hémodialyse puis l’artère du poignet a été dérivée vers une veine de mon avant-bras gauche de manière à pouvoir créer ce que l’on nomme une « fistule » afin d’y piquer les deux aiguilles et leurs tuyaux me reliant à la machine à dialyse.

 

02- « C’est qu’il faut en abattre des obstacles pour y avoir droit ! »

Quels obstacles ? Dès mes examens médicaux terminés, les deux solutions m’ont été de suite proposées….

 

03 – dans le centre du XL arrondissement à Paris (NDLR : le seul de toute l’Ile-de-France qui propose la dialyse de nuit

Le service de dialyses de l’Hôpital de l’ouest Parisien commence à réaliser des dialyses de nuit pour les personnes exerçant un travail de jour

 

04 – « toutes les fins de soirée sauf le dimanche » ! Et deux heures beaucoup moins contraignantes

Dans mon cas, je passais 30 minutes tous les soirs pour équiper la machine de ses poches de dialysat et leurs différents raccordements puis me brancher à la machine à dialyse (que l’on voit sur la photo) en respectant scrupuleusement les directives d’hygiène (affichées sur mon mur).

Je passais la nuit à être dialysé en automatique par la machine

Le matin, après environ 9 h de dialyse de me débranchais avec les mêmes règles drastiques d’hygiène, enlevait les poches vides et nettoyais la machine

Ma journée était alors libre ;

Pendant ma formation de 4 jours j’avais aussi appris comment me dialyser en manuel si une panne de la machine survenait, elle était alors changée sous 24 h.

 

05 – il faut être sérieux et autonome, avoir un peu de place pour le matériel

C’est exact, il faut disposer d’un espace de stockage d’environ 400 Kg de poches de dialysat pour un mois et d’un meuble surélevé pour la machine, près du patient.

 

06 – ne sont même pas sur la liste d’attente du registre national des greffes

Le 31 octobre 2013 j’ai reçu un courrier de l’Agence de Bio Médecine, Direction Prélèvement Greffe organes Tissus, Pôle national de répartition des greffons, 1 av du stade de France, 93212 Saint-Denis la Plaine cedex me signalant mon inscription sur la liste nationale des malades en attente de greffe gérée par l’Agence de la Biomédecine à compter du 28/10/2013. L’ensemble des pièces administratives ayant été fournies par mon Établissement de Santé.

 

Cet article de base à été publié par « Le Parisien » du 19 février 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :