VINGT DATES QUI ONT CHANGE LA VOITURE   Leave a comment

20 dates qui ont changé la voiture

TECHNOLOGIE. En moins de 20 ans, les équipements de confort et de sécurité se sont imposés pourtant leur invention date parfois de la nuit des temps…

clip_image002

IL Y A 20 ANS, une voiture équipée de quatre vitres électriques, c’était le summum du luxe. Aujourd’hui, c’est le minimum requis. S’ils ont considérablement amélioré le plaisir de conduire et la sécurité sur la route, les équipements des automobiles se sont naturellement imposés. Pourtant certaines innovations ont mis du temps à devenir des standards. Étonnement, on peut constater que ces inventions sont généralement européennes pour celles qui concernent la sécurité et états-uniennes pour celles qui concernent le confort.

1896 : ceinture de sécurité

Imaginée pour éviter les éjections dans les virages à l’occasion des premières courses automobiles (Paris-Marseille-Paris), la ceinture de
a été brevetée par Volvo en 1959. Mais ce n’est qu’en 1973qu’elle est devenue obligatoire à l’avant et en 1990, à l’arrière.

1914 : fermeture centralisée

Aujourd’hui, plus personne ne se souvient de Scripps-Booth, un constructeur américain qui dès 1914 inventa la condamnation centralisée. 1980, Ford mis au point le premier verrouillage à distance avec la clé au États-Unis, mais ce fut Renault qui le commercialisa de série en 1982 sur sa Fuego.

1921 : l’appui-tête

Le premier brevet a été déposé en Californie. Sans cesse amélioré, l’appui-tête a vite été considéré comme essentiel pour éviter le coup du lapin. Mais sur les banquettes arrière, il n’a été généralisé que dans les années 1990. Dans les films, les appuis-tête sont souvent supprimés parce qu’ils gênent la caméra.

1932 : la direction assistée

Qui envisagerait aujourd’hui de conduire sans direction assistée ? Sans elle, les créneaux et manœuvres étaient souvent un cauchemar. Brevetée aux États Unis en 1932, elle est apparue de série sur Chrysler Impérial en 1951. Mais elle est devenue un standard à partir de 2000

1939 : la climatisation

Aujourd’hui disparu, l’américain Packard est le premier constructeur à proposer la climatisation en option, moyennant 4500 euros. Apparu dans les années 1980 en option en France, la « clim’ » équipe quasiment 100% des voitures depuis 2010.

1941 : les vitres électriques

C’est Ford qui installa pour la première fois des lève-vitres électriques sur sa limousine Lincoln. En Europe, BMW l’imposa sur son coupé 503. Aujourd’hui, qui se souvient qu’il a fallu un jour tourner une manivelle pour monter et baisser sa vitre ?

1945 : le régulateur de vitesse

Incroyable, mais Ralph Teetor, l’inventeur de cet outil qui permet de bloquer une vitesse et ainsi reposer son pied droit était aveugle. Généralisé aux USA dès les années 1960, il s’est imposé en Europe avec l’arrivée des radars automatiques.

1956 : la caméra de recul

Apparue sur une Buick Centurion en 1956, la caméra de recul aura mis près de 50 ans pour se généraliser. Plus pratique et moins stressante que les bips des radars de stationnement, elle constitue à la fois un accessoire de confort et de sécurité. Les autorités américaines l’ont même imposée de série dès 2018 pour toutes les voitures neuves.

clip_image003

1960 : les sièges chauffants

Logiquement inventé au Canada où il fait froid par un certain James Cooke, les sièges chauffants sont un progrès pour qui y a goûté… Mais sont encore rarement proposés de série. Il faut généralement compter 500 € pour y avoir droit.

1973 : un toit ouvrant panoramique

Si le toit ouvrant est apparu très tôt dans l’histoire de l’automobile, il faut attendre la Lincoln Continental Mark IV (marque luxueuse de Ford) pour qu’il soit pour la première vitré et laisse passer la lumière dans l’habitacle. Aujourd’hui, il est devenu presque un standard de l’automobile moderne.

1978 : l’ABS

L’ABS (système antiblocage de sécurité) empêche les roues de se bloquer en cas de freinage fort et évite au véhicule de déraper. Imaginé dès les années 1970 par l’équipementier Bosch, il est commercialisé en option sur les Mercedes Classe S et BMW Série 7 à l’hiver 1978. En 1985, Ford est le premier constructeur à le monter de série sur sa Scorpio.

1985 : pare-brise chauffant

Monté de série sur la Scorpio, Ford est le premier constructeur à proposer un pare-brise dans lequel sont inséré des micro-résistances qui permettent un dégivrage quasi-instantané. Révolutionnaire, le système est depuis disponible sur presque toute la gamme Ford et a été adopté par quelques autres constructeurs (Mini, Renault…)

1994  : l’invention du Stop and Start

La Volkswagen Golf est la première automobile à bénéficier de ce système qui coupe le moteur à l’arrêt. Mais elle fait un flop. Il faut attendre la première C3 Stop and Start pour que ce système de réduction des émissions s’impose.

1995  : l’ESP

En agissant sur le couple du moteur et sur les freins, l’ESP (Électronique Stability Control) corrige les risques de perte de d’adhérence liés survirage et de sous-virage. D’abord vendu en option sur les Mercedes Classe S, cet équipement s’est très vite imposé gratuitement grâce aux risques de tonneaux des Mercedes Classe A et des voitures courtes et hautes.

1995 : le GPS

C’est sans doute l’invention qui s’est répandu le plus vite. D’abord commercialisé sur la Renault Safrane, il s’est retrouvé dans toutes les voitures grâce à un abaissement de son prix dû à la technologie TomTom.

2000 : les sièges massant

D’abord apparus sur les grosses berlines du type Mercedes Classe S, les sièges massant sont actuellement l’option qui se généralise le plus rapidement. On la retrouve même en série sur des berlines populaires comme la nouvelle Opel Astra et la nouvelle Renault Talisman.

2003 : radar anticollision

Testé au milieu des années 1990, il apparait pour la première fois sur la Lexus LS430 en 2003. Son principe : détecter un obstacle que le conducteur n’aurait pas vu et déclencher un freinage d’urgence. En moins de dix ans, tous les constructeurs ont adopté ce système qui fonctionne jusqu’à 80 km/h.

2003 : parking automatique

Véritable révolution, le parking automatique de la voiture fait son apparition sur la Toyota Prius. C’est le premier pas vers la voiture autonome.

2005 : Bluetooth embarqué

Jusqu’à présent, il fallait retirer sa carte Sim et l’insérer dans un combiné intégré à la voiture… Et le Bluetooth est arrivé. Il permet de téléphoner en mains libres et en toute légalité.

2007 : les détecteurs d’angles morts

Un bip et un triangle lumineux dans le rétroviseur… La voiture a détecté un véhicule que vous n’aviez pas pu voir. Cette invention mise au point par Volvo et Ford s’est imposée sur la plupart des automobiles. Hélas, elle est encore trop souvent proposée en option.

clip_image005

Article original paru dans « Le Parisien » du jeudi 14 avril 2016

Il eut été dommage qu’un tel article finisse au tri sélectif

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :