Archives de la catégorie ‘LES INVASIONS PASSÉES DES MAURES

L’ESCLAVAGE, LE TERRORISME ET l’ISLAM   Leave a comment

SOURCE DES STATISTIQUES 2014:   http://www.muslimpopulation.com/

Extraits de: « Slavery, terrorism, and Islam » The historical roots and contemporary threat Traduits  de l’anglais par : G. T.

L’esclavage, le terrorisme et l’Islam : Les Racines Historiques  et la Menace Contemporaine par: Dr. Peter Hammond

http://www.amazon.com/Dr.-Peter-Hammond/e/B002YPPHPM  L’auteur : le Dr. Peter Hammond détient un doctorat en théologie.

 MODUS OPERANDI

L’Islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie complet.

L’Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales et militaires. La composante religieuse sert à masquer  toutes les autres.

L’islamisation d’un pays débute  lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à l’intérieur du pays pour commencer à revendiquer des accommodements religieux.

Lorsque les sociétés ouvertes à la diversité culturelle, à la rectitude politique et à la tolérance consentent aux demandes d’accommodements religieuses provenant de leurs communautés musulmanes, les autres composantes s’infiltrent progressivement.

2016-07-18_070012

Voici comment ça fonctionne:

Aussi longtemps que la population musulmane demeure autour ou inférieure à 2%, peu importe le pays, elle sera perçue comme étant une minorité pacifique, et non comme une menace par les autres citoyens.  C’est le cas présentement:

2016-07-18_070228

Entre 2% à 5%, le prosélytisme (la conversion) des autres minorités ethniques et des groupes marginaux commence par le recrutement des détenus dans les prisons et des jeunes marginaux faisant partie des gangs de rues. C’est le cas notamment en:

2016-07-18_070301

Lorsqu’ils atteignent 5%, les musulmans exercent déjà une influence excessive en proportion de leur pourcentage de la population. Ils feront alors de la pression pour l’introduction de produits alimentaires « halals », (propres selon les standards islamiques) assurant ainsi l’embauche de musulmans dans  leur préparation. Ils augmenteront leur pression sur les chaînes alimentaires pour que celles-ci mettent ces produits en tablette les menaçant de représailles allant jusqu’à la faillite s’ils ne se soumettent pas à leurs demandes. C’est ce qui se passe en:

2016-07-18_070331

Rendus à ce stade, les musulmans s’infiltreront graduellement dans toutes  les sphères d’influence et travailleront afin que les gouvernements en place leur permettent de se gouverner eux mêmes (à l’intérieur de leurs enclaves « ghettos ») selon  les lois de la  sharia, (loi coranique); le but ultime des Islamistes étant d’établir la sharia dans tous les pays du monde.

Quand le nombre de musulmans approche 10% de la population, ils accroissent le non-respect des lois allant jusqu’à les défier ouvertement afin de revendiquer des conditions de vie propres à leur culture et à leurs croyances. À Paris, nous voyons régulièrement des incendies d’autos dans les enclaves musulmanes. Toute action perçue comme étant anti -musulmane résulte dans des soulèvements de foules et des menaces, comme à  Amsterdam, où l’on s’oppose violemment aux bandes dessinées de Mahomet et des films sur l’Islam. Au moment d’écrire ces lignes 12 personnes viennent d’être tuées chez Charlie Hebdo à Paris…  De telles tensions se produisent à tous les jours, principalement dans les enclaves musulmanes en:

2016-07-18_070405

Lorsqu’ils atteignent 20% de la population, les pays d’accueils connaissent des manifestations de violence déclenchées la plupart du temps pour des peccadilles, la formation de milices djihadistes, des tueries, des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues juives comme en:

2016-07-18_070435

À 40%, les nations expérimentent les massacres sporadiques, les attaques terroristes à répétition, et la guérilla militaire sans répit comme c’est le cas présentement en :

2016-07-18_070457

À partir de 60%, les nations vivent la persécution sans retenue des citoyens non-musulmans (infidèles) de toutes religions (incluant les musulmans qui ne se conforment pas à l’idéologie intégriste), le nettoyage ethnique, l’utilisation de la loi de la sharia comme arme de répression, et l’application de la « jizya » (taxe des infidèles) tel qu’en :

2016-07-18_070514

Au-delà de 80%, l’intimidation est incessante, l’oppression et le djihad violent sévit impunément, le nettoyage ethnique est étatisé allant jusqu’au génocide. Les intégristes  chassent  ou éliminent tous les infidèles (non-convertis) car les pays qu’ils occupent doivent être 100% musulman comme au:

2016-07-18_073502

2016-07-18_073502

Lorsqu’ils atteignent l’objectif ultime et que la population population est devenue musulmane à 100%, cela est supposé selon eux conduire à : « Dar-es-Salaam », la maison Islamique de la Paix. Tous les habitants sont musulmans, les madrasas sont les seules écoles, et le Coran est la seule parole tel qu’en :

2016-07-18_070650

Mais malheureusement, la paix ne survient jamais, car dans ces pays, musulmans à 100%, les plus radicaux exerçant un contrôle total et le pouvoir absolu satisfont leur soif insatiable de sang en tuant leurs coreligionnaires qui sont moins radicaux qu’eux…

« Avant l’âge de neuf ans, j’avais appris le canon qui régit la vie arabe. C’était moi contre mon frère; moi et mon frère contre mon père, ma famille contre les cousins du clan; le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre l’infidèle ».

Leon Uris, “The Haj”.

C’est important de comprendre que dans certains pays, avec des populations musulmanes nettement inférieures à 100% comme la France, que les gens qui vivent  dans ces enclaves (ghettos), sont musulmans à 100%; cette  population vit ainsi sous  la loi de la sharia. La police nationale française n’entre même pas à l’intérieur de ces enclaves. Il n’y a pas non plus de cours judiciaires d’état, ni d’écoles, ni de facilités religieuses non-musulmanes. En pareille situation, les musulmans n’intègrent pas la communauté élargie. Les enfants fréquentent la madrasa, ils n’apprennent que le coran. Le seul fait d’avoir des contacts avec des infidèles est passible de la peine de mort. Conséquemment, dans certains endroits dans certains pays, les Imams musulmans et les extrémistes exercent plus de pouvoir que les autorités élues et les forces policières…

Aujourd’hui, plus de 2 milliards de musulmans constituent 28% de la population mondiale. Cependant, le taux de natalité chez les musulmans dépasse et ce, de beaucoup, les taux de natalité des chrétiens, hindous, bouddhistes, juifs, et de tous les autres croyants ou non-croyants. Les musulmans dépasseront ainsi 50% de la population mondiale avant la fin du siècle.

2016-07-18_070822

Veuillez s’il-vous-plaît transmettre cette information à tous ceux parmi vos proches qui s’inquiètent avec raison de l’avenir sombre qui attend les prochaines générations si nous n’avons pas le courage et la force morale pour renverser ce courant religieux maléfique pour l’humanité. C’est aussi votre combat!!!

« Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé. » –  Winston Churchill

2016-07-18_070934

Publicités

Elle est maghrébine…. Lisez, c’est remarquable.   Leave a comment

Elle est maghrébine…. Lisez, c’est remarquable 2016-03-23_163331.

 Le blog de Malika Sorel

www.malikasorel.fr/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Malika_Sorel

En 2007, elle publie : le Puzzle de l’intégration et les Pièces qui vous manquent (Mille et une nuits). Elle y explique que la question de l’immigration-intégration doit être traitée globalement et non plus de façon sectorielle, qu’il faut cesser d’octroyer la nationalité française à des personnes qui ne sont pas prêtes , psychologiquement et moralement, à l’assumer, et s’appliquer, en revanche, à faire respecter la loi française par tous , sans exception.

 Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? 

Les émeutes de 2005 m’ont poussée à écrire ce livre parce que je me sentais responsable de n’avoir, alors, rien dit. Moralement, mais aussi sur le plan affectif, je ne supportais plus cette injustice vis-à-vis du peuple français : les Français sont bâillonnés, et quand ils osent s’exprimer, on leur fait un procès en racisme ou en xénophobie alors qu’ils veulent simplement préserver leur identité.
Mes origines me permettaient peut-être, de dire que la véritable victime de l’immigration est le peuple français .

Vous parlez beaucoup du rôle délétère de la « repentance ». Non seulement pour les Français, mais pour les immigrés eux-mêmes.

 Le rôle des élites françaises a toujours été déterminant dans l’instrumentalisation de l’histoire.
La décolonisation a traumatisé tout le monde, soit ! Mais il devrait tout de même être possible, cinquante ans après des drames partagés, de traiter sereinement du passé, avec ses ombres et ses lumières, au lieu de renier son histoire en se laissant enfermer dans la dialectique culpabilisation – victimisation.
Or, c’est malheureusement ce qui se passe. Le discours dominant ne que des « horreurs » de la colonisation , et plus personne n’écoute le peuple français , qui est pourtant le plus légitime pour parler objectivement des problèmes engendrés par l’immigration.
De surcroît, transformer les Français de souche en bourreaux, n’a fait qu’injecter le poison de la haine dans le cœur des enfants issus de l’immigration.
La France fait beaucoup pour les immigrés et leurs descendants, et ceux-ci ont encore énormément à faire pour se rapprocher des Français de souche européenne, en particulier les Maghrébins et les Africains dont la  culture reste très éloignée de celle de leur pays d’accueil. Il fallait d’emblée être ferme et affirmer que nos valeurs fondamentales ne changeraient pas. On a fait l’inverse. Dans ces conditions, il est naturel qu’ils développent de moins en moins d’efforts pour respecter les normes collectives françaises. Ils sont convaincus que celles-ci vont changer pour s’adapter à eux .

 Pourquoi l’idée de « discrimination positive » est-elle dangereuse à vos yeux ? 

Parce que c’est une escroquerie. L’intégration n’est pas un ascenseur automatique, mais un parcours semé d’obstacles ! L’idée que l’on puisse progresser dans la société de manière passive est absurde. C’est un
> engagement sur plusieurs générations, la famille entière doit s’engager autour du projet éducatif. Aujourd’hui, beaucoup d’élèves ne font plus rien. Il faut arrêter de les bercer de mensonges ! Pour réussir, il faut se prendre en main.  Et puis la « discrimination positive » est injurieuse pour les immigrés eux-mêmes : on part du principe que les gens issus de l’immigration n’y arriveront pas seuls parce que les Français les détesteraient. C’est zéro
pointé sur toute la ligne. Quand vous travaillez dans une équipe, il faut acquérir sa légitimité auprès des autres. Si vous n’avez pas respecté le même processus de sélection, c’est impossible. Pour devenir légitimes, les personnes issues de l’immigration doivent se plier aux mêmes exigences que les autres.

Vous êtes également très sévère avec la Halde ! 

 Elle joue un rôle d’exaspération et de crispation entre les groupes.
Elle passe le plus clair de son temps à exacerber les tensions en disant que les gens issus de l’immigration sont victimes de notre société, alors que c’est l’ignorance des codes sociaux et culturels qui empêche les jeunes  d’être recrutés. Cela avait été parfaitement mis en évidence par l’analyse d’entretiens d’embauche auxquels la sociologue Jacqueline Costa-Lascoux avait assisté. Le fait qu’on accepte d’eux ce qu’on n’accepterait jamais des autres ne fait que les enfermer dans leurs propres codes culturels.
J’ajoute que je prends comme une bonne nouvelle la mise sous tutelle de la Halde. Mais il faut, à terme, qu’elle disparaisse. Le système judiciaire français est là pour traiter des vraies affaires de discrimination. On n’a nul besoin d’une institution qui participe, vraisemblablement sans le vouloir, à dresser les gens les uns contre les autres.

 Qu’opposer, alors, aux doctrines que vous dénoncez ? 

Rien d’autre que le modèle d’intégration républicain qui fonctionnait très bien ! On doit accueillir les gens dans la communauté française et non l’inverse. Ils doivent respecter le système français. Si on avait fait ça, on aurait suscité le désir d’intégration. Mais comment y parvenir quand on injecte 200 000 nouveaux entrants par an dans une société déjà en proie à des difficultés majeures ? C’est irresponsable, grave et fondamentalement dangereux. Il est évident que là réside le défi des prochaines années : si l’on continue comme aujourd’hui, nous irons vers des troubles majeurs. Trop de gens arrivés récemment n’éprouvent plus le besoin de respecter la loi de la République, et reconstituent leurs sociétés d’origine sur le territoire français. Si rien n’est fait pour y mettre un terme, la pression va devenir rapidement intenable.

Quelles pressions, justement, exercent ces sociétés reconstituées ?

Dans les cultures maghrébines et africaines, le groupe prend possession de l’individu. Or, plus la société est déstructurée et permet des accommodements, plus les membres des groupes mieux structurés sont tentés
de bafouer les règles françaises, qu’on peut défier à moindre risque. La culture de l’école de la République que les enfants ramènent à la maison est aussitôt rejetée parce qu’elle ne correspond pas aux normes culturelles d’origine.
Le racisme anti-blanc est une réalité. L’insulte suprême utilisée, c’est  » céfranc « . Les professeurs nous le disent : être sérieux en cours, c’est déjà, pour certains, vouloir devenir français : une honte, car assimilé à une traîtrise. Les bons élèves sont, de ce fait, de plus en plus soumis à des pressions par les enfants issus de la même origine culturelle. Le fait que les institutions françaises, la police et l’école soient attaquées n’est évidemment pas anodin. Or, on continue à excuser les auteurs de ces attaques, à les déresponsabiliser en invoquant leurs conditions sociales.

 Ces mêmes populations, avec des conditions sociales nettement inférieures, ne se comportent pas ainsi dans leur pays d’origine. C’est bien la preuve que l’attitude de notre société a joué un rôle déterminant dans l’apparition des problèmes que nous connaissons.

 Vous accusez le droit du sol. Pourquoi ?

Devenir français est un processus qui doit être personnel, car il faut être prêt à assumer d’inscrire ses propres descendants dans un nouvel arbre généalogique qui n’est pas celui de ses ascendants biologiques et culturels. Il y a là, une véritable rupture, très difficile à assumer. C’est pourquoi, aujourd’hui, pour une multitude de raisons, peu de gens ont le désir de devenir français. Ils prennent les papiers parce qu’ils savent que c’est le sésame avec lequel ils n’auront plus jamais faim. Ils sont honnêtes et l’avouent : –  » je ne suis pas français, j’ai juste les papiers !  » C’est la classe politique, dans son ensemble, qui ment et occulte ce que signifie l’identité française. La communauté française reste pour l’instant silencieuse, car elle est bâillonnée, mais, comme dans tous les pays du monde, elle n’est pas prête à accepter comme françaises des populations étrangères à son identité. Il y a aujourd’hui, en France, une négation fondamentale du droit des Français à être français.

Quelle distinction faites-vous entre insertion et intégration ?

 L’intégration, c’est le fait d’assumer l’héritage du peuple français, de porter soi-même les valeurs et les principes des Français, de les transmettre à ses propres enfants. Il y a une forte dimension affective et morale. On ne peut pas exiger cette étape, elle est trop personnelle, trop intime. En revanche, l’insertion est absolument non négociable, c’est le respect des règles et lois de la société. Nombre de ces règles sont tacites. Elles ne sont pas nécessairement inscrites dans des lois. L’insertion dans la société française constitue une étape indispensable
avant l’intégration dans la communauté nationale française. C’est ce que ne respecte pas le droit du sol.

L’une des plus grandes erreurs a été, selon vous, de dégrader l’apprentissage de la langue et de la culture française. Pourquoi ? 

L’école de la République a un savoir à transmettre, qui crée un référentiel commun à tous les enfants. La langue est un passeport culturel pour naviguer dans la société française. On les a empêchés de pouvoir le faire en revoyant nos exigences sans cesse à la baisse. Pis, l’école s’est mise à verser dans le relativisme culturel, et même à leur transmettre des éléments de leur référentiel culturel alors que, c’est bien la seule chose que leurs familles leur transmettent.
Aimer une langue est un tremplin pour aimer un peuple. Au travers de la langue, des textes de littérature et aussi des contes et des chansons enfantines, c’est bien la culture qui est transmise. Aujourd’hui, dans les
> rues, dans les cours d’école, on ne parle plus français. C’est un signe, sans équivoque, du réel refus d’intégration. Sans compter qu’un enfant qui ne peut s’exprimer et se faire comprendre du fait de la pauvreté de son langage a une plus grande propension à devenir violent. Commençons donc par accentuer l’effort sur la maternelle et sur les premières classes de l’école primaire, en réduisant les effectifs par classe et en mettant
l’accent sur la transmission de la langue. Revoyons aussi le circuit des allocations. Il faut impérativement que cet argent aille, en priorité, au projet éducatif, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. A chaque rentrée scolaire, au lieu de remettre aux parents un chèque qui, souvent, sera envoyé dans le pays d’origine , donnons un cartable, des cahiers et des livres directement à l’enfant.

Que pensez-vous de la déchéance de nationalité ?

 Il faut la mettre en place, et il faut cesser de donner la nationalité française à tout le monde . Les gens qui risquent aujourd’hui la déchéance de nationalité n’auraient jamais dû l’obtenir. Il faut vraiment que les politiques s’occupent de toutes ces questions très rapidement. Beaucoup, parmi eux, sont habités par la peur car les populations de l’immigration leur apparaissent comme ayant facilement recours à la violence. Il va pourtant falloir avoir le courage de traiter toutes les dimensions de ce sujet. C’est dans l’intérêt de tous. Notre société est chaque jour plus déstabilisée. C’est la cohésion nationale qui est désormais en jeu !
Tout accepter met la France par terre !
Et, si nos dirigeants acceptent que l’Education Nationale enseigne l’arabe dans nos écoles comme certains de nos politiciens le demandent, la France sera foutue et disparaitra sous la domination de l’islamisme !!!
et aussi :
http://www.youtube.com/watch?v=BLRE2ylIkhc

 écouter et lire… intéressant et recadrant
Nada Rizk
06.25.02.53.80

 

Un peu d’Histoire : Eudes, Charles Martel et Charlemagne   Leave a comment

Ce  mail est d’une importance capitale, car il permet à la plupart  des Français de connaitre l’histoire de notre France en  quelques lignes et de prendre conscience que le triste sort de  ceux qui nous ont précédés risque fort de se répéter  !

  Un  peu d’Histoire  :   Eudes,Charles  Martel et  Charlemagne….C’est notre histoire !

clip_image002

Là  , il s’agit d’un peu d’histoire …  oubliée,  mais c’est notre  histoire,  celle de la France  .
  Ø Plus  particulièrement celle  du Sud  de la France…Très  intéressant .
  Cela  remet les  «  pendules à l’heure »
pour  tous ceux qui auraient oublié … ou qui ne  l’ont jamais su : une  utile  leçon d’Histoire  !!!
  Les  musulmans sont entrés pour la première fois en  714  dans  ce qui était la France  de  l’époque. Ils se sont emparés de  Narbonne,  qui est devenue leur base pour les 40 années  suivantes, et ont pratiqué des razzias  méthodiques. Ils ont ravagé le  Languedoc  de  714  à  725,  détruit Nîmes  en  725  et  ravagé la rive droite du Rhône  jusqu’à  Sens
  En  721,  une armée musulmane de 100.000 soldats mit le  siège devant Toulouse,  défendue par Eudes,  le duc d’Aquitaine. Charles  Martel envoya  des troupes pour aider Eudes.  Après six mois de siège, ce dernier fit une  sortie et écrasa l’armée musulmane qui se replia  en désordre sur l’Espagne  et  perdit 80.000 soldats dans la  campagne.

clip_image004
On  parle peu de cette bataille de  Toulouse  parce  qu’Eudes  était  mérovingien. Les Capétiens étaient en train de  devenir rois de France et n’avaient pas envie de  reconnaître une victoire  mérovingienne.   Les  musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux  d’attaquer la France  en contournant les Pyrénées  par  l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques  en passant à l’ouest  des Pyrénées.  15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit  Bordeaux,  puis les Pays  de la Loire,  et mis le siège devant Poitiers,  pour être finalement arrêtés par  Charles  Martel et  Eudes  à  vingt kilomètres au nord de Poitiers,  en 732.

clip_image006
Les  musulmans survivants se sont dispersés en  petites bandes et ont continué à ravager  l’Aquitaine.  De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en  temps pour participer aux  pillages. (Ces  bandes n’ont finalement été éliminées qu’en  808,  par Charlemagne) Les  ravages à lest  ont continué jusqu’à ce qu’en  737  Charles  Martel descende  au sud avec une armée puissante, et reprenne  successivement Avignon,  Nîmes,  Maguelone,  Agde,  Béziers  et  mette le siège devant Narbonne.Cependant,  une attaque des Saxons sur le nord de la  France  obligea Charles  Martel à  quitter la région.   En  759  enfin,  Pépin  le Bref reprit  Narbonne  et  écrasa définitivement les envahisseurs  musulmans. Ces derniers se dispersèrent en  petites bandes, comme à l’ouest,  et continuèrent à ravager le pays, notamment en  déportant leshommes  pour  en faire des esclaves castrés, et les  femmes  pour  les introduire dans les harems d’Afrique du  Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer  des  musulmans.
  La  place forte des bandes se situait à  Fraxinetum,  l’actuelle Garde-Freinet  (le  massif des maures). Une zone d’environ 10.000  kilomètres carrés, dans les Maures,  fut totalement dépeuplée.

clip_image008
En  972,  les bandes musulmanes capturèrent  Mayeul,  Abbé de Cluny, sur la route du  Mont  Genèvre.  Le retentissement fut immense.  Guillaume  II,  comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte  de campagne électorale pour motiver tous les  Provençaux, puis, à partir de  983,  chassa méthodiquement toutes les bandes  musulmanes, petites ou  grandes.   En  990,  les dernières furent détruites. Elles avaient  ravagé la France pendant deux  siècles……
  La  pression musulmane ne cessa pas pour  autant. Elle s’exerça pendant les  250  années  suivantes par des razzias effectuées à partir de  la mer. Les hommes  capturés  étaient emmenés dans des camps de castration en  Corse,  puis déportés dans les bagnes du  Dâr  al islam,  et les femmes  d’âge  nubile dans les harems. Les repaires des pirates  musulmans se trouvaient en Corse,  Sardaigne,  Sicile,  sur les côtes d’Espagne  et  celles de l’Afrique  du Nord.

clip_image010
Toulon  a  été totalement détruite par les musulmans en  1178  et  1197,  les populations massacrées ou déportées, la  ville laissée déserte.   Finalement,  les musulmans ayant été expulsés de  Corse,  Sicile,  Sardaigne,  du sud de l’Italie  et  de la partie nord de l’Espagne,  les attaques sur les terres françaises cessèrent  mais elles continuèrent sur  mer.
  Ce  n’est qu’en 1830  que  la France, exaspérée par ces exactions, se  décida à  frapper le serpent à la  tête,  et à aller enAlgérie  détruire  définitivement  les  dernières bases des pirates musulmans. Vous  savez ce qu’est devenue ensuite  l’Algérie,  et l’histoire  ne s’est pas figée……

clip_image012
Ce qu’il  y a de frappant, c’est qu’entre  714,  la première  entrée,  et 1830,  l’écrasement  définitif des  pirates barbaresques, il s’est écoulé  plus  d’un millénaire,  ce qui montre qu’ils  ne renoncent  jamais………………………..
   Et  aujourd’hui, effectivement, ils reviennent en  masse, par le biais « pacifique »  d’une  immigration de peuplement, qui  exploite à fond les failles de nos lois, de nos  principes démocratiques, et de nos avancées  sociales…!
  Un  jour ils seront assez  nombreux pour prendre démocratiquement le  pouvoir  dans les villages, les banlieues, les villes,  les régions, les pays d’Europe  !
  Il  ne faut pas croire ceux qui les décrivent comme  « modérés »  ! Car  les exemples des « printemps  arabes »  qui se déroulent sous nos yeux en Tunisie,  Lybie, Egypte, montrent s’il en était besoin  que  les « modérés » se font toujours évincer par les  enragés ! Qui  ne cherchent qu’une chose : appliquer  la charia  et  transformer nos pays d’Europe en un  « Dar  al Islam »,  une terre  d’islam.
  Il  suffit de voir les exactions actuelles contre  les chrétiens d’Afrique du Nord, d’Egypte,  d’Indonésie, du Nigéria, etc,  pour  imaginer quel sera le sort réservé à nos  familles, à nos peuples européens de souche  judéo-chrétienne  !
  Alors  la question est simple :  Allons-nous,  au nom de nos principes, laisser disparaître  notre civilisation bi-millénaire ?  Allons-nous  nous laisser asservir et humilier sans bouger ?  Allons-nous  continuer à donner le bâton pour nous faire  battre ?
  Il  va être temps de brandir l’étendard de la  reprise en main de nos territoires, de notre  avenir, de notre destinée. De  faire respecter nos lois, nos traditions, notre  mode de vie, notre histoire, notre civilisation  !

clip_image014