Archives de la catégorie ‘SOUVENIRS

TOUT SAVOIR SUR HALLOWEN   Leave a comment

Savez-vous vraiment tout sur Halloween?

De sa véritable origine aux rites les plus étranges en passant par la signification des couleurs, voici quelques curiosités sur la fête que tout le monde ne connaît pas

provided by Mondadori

 2016-10-31_121839

CULTURE, LOISIRS & TENDANCES – 18 OCTOBRE 2016

Frissons, terreur, effroi et… un jackpot financier. Dans de nombreux pays, Halloween est devenue une fête qui n’est détrônée que par Noël en termes d’impact culturel et de bénéfices économiques. Elle s’est propagée un peu partout au cours de ces vingt dernières années et s’est immiscée dans les plus diverses traditions locales. Regardons d’un peu plus près certains aspects sans doute méconnus de la fête du « bonbon ou bâton ».

“La sorcière est une des principales actrices de la fête. La meilleure façon d’en apercevoir une la nuit d’Halloween serait dit-on de porter des vêtements à l’envers et de marcher à reculons.”

Une fête italienne

Halloween n’a pas été inventée par les Américains, mais par la Rome antique, qui s’inspira du Samain celte, la fête « de fin d’année » célébrant le 31 octobre le passage de la saison claire à la saison sombre. Les Romains en firent la fête des morts. Vint ensuite le pape Boniface IV qui christianisa la date en la reliant au jour de tous les Saints, au VIIe siècle. La fête ne s’enracina aux États-Unis que dans la deuxième moitié du XIXe siècle avec les vagues d’immigrés irlandais qui importèrent leurs traditions et l’installèrent comme une fête laïque.

Le chiffre d’affaires

Halloween génère une économie de grande envergure, notamment aux États-Unis : des statistiques récentes mentionnent que les Américains sont quelque 160 millions à fêter cet événement, chacun dépensant en moyenne entre 75 et 80 dollars en costumes, citrouilles, sucreries et accessoires divers. Au total, on parle d’un chiffre d’affaires qui peut dépasser les 7 milliards de dollars. Halloween est en passe de devenir un business toujours plus important dans d’autres pays aussi, dans une moindre mesure toutefois : elle est en croissance surtout en Grande Bretagne où l’on dépense plus de 450 millions de livres sterling par an, et en Allemagne, avec une dépense de 200 millions d’euros.

Le choix de la couleur orange

Ce n’est pas uniquement la couleur de la citrouille car cette couleur évoque traditionnellement le concept de force : outre la célébration de l’automne, la couleur symbole de la fête rappelle aussi la qualité de l’énergie vitale. Et en ce qui concerne le noir, il a pour fonction de relier intuitivement le monde de la nuit et celui des forces obscures. Deux couleurs en oxymore, pour une fête qui affronte la mort en lui opposant la puissance de la vie.

Jack-la-lanterne

La citrouille au visage sculpté et éclairé d’une bougie provient d’une légende irlandaise : elle s’inspire du légume (en réalité, il s’agissait d’un navet) qui fut utilisé comme porte lanterne par Stingy Jack, un maréchal-ferrant ivrogne condamné à errer entre l’Enfer et le Paradis après avoir pactisé avec le diable.

La peau de la vie

Il existe aux États-Unis une tradition d’Halloween peu connue ailleurs. Il s’agit de peler une pomme avec un couteau pour savoir la durée de notre vie : celui qui parvient à l’éplucher sans la casser aura la garantie d’une longue vie.

Les Âmes Affamées

À Hong Kong la fête d’Halloween est très similaire à celle des Américains, avec toutefois quelques différences. Il s’agit de la fête des Âmes Affamées, avec pour rite principal d’allumer des feux de joie pendant lesquels on offre de la nourriture aux fantômes, pour assouvir leur faim et éviter qu’ils ne tournent leurs appétits sur les vivants.

Les sorcières de Salem

Salem est une bourgade du Massachusetts traditionnellement liée aux sorcières, et elle est à ce titre surnommée la « capitale d’Halloween ». On raconte que c’est ici que les sorcières se réunissaient le 31 octobre pour accomplir leurs rites : voilà pourquoi la sorcière est une des principales actrices de la fête. La meilleure façon d’en apercevoir une la nuit d’Halloween serait dit-on de porter des vêtements à l’envers et de marcher à reculons.

13 sucreries

Pour respecter la tradition à la lettre, celle transmise depuis la nuit du Samain des Celtes jusqu’aux usages actuels, le rite du « bonbon ou bâton » doit être effectué 13 fois, en frappant à 13 portes distinctes et en prononçant la phrase fatidique 13 fois. Une autre curiosité : le 2 novembre, jour des Défunts, la tradition chrétienne prévoyait que la nourriture collectée soit destinée aux mendiants, qui remerciaient alors par leurs prières pour les défunts.

La peur d’Halloween

Halloween est désormais si répandue dans notre culture qu’elle a généré une phobie en miroir, scientifiquement diagnostiquée : la samhainophobie. Il s’agit d’une peur irrationnelle de cet événement, assimilable à la peur des araignées (arachnophobie) et à la peur des cimetières (coïmétrophobie). Elle est associée à la peur des fantômes (phasmophobie), des sorcières (wiccaphobie) et de la nuit (nyctophobie).

Credits photo: OLYCOM/MONDADORI PORTFOLIO
Publicités

LA NOUVELLE VIE DES PAVÉS PARISIENS   2 comments


La
nouvelle vie des pavés parisiens

La mairie de Paris a décidé de mettre à profit une richesse jusqu’ici délaissée les milliers de blocs de granit qui dorment sous le bitume de la Ville Lumière.

TEXTES ! ÉRIC LE MITOUARD

Sous la chaussée parisienne… une carrière de granit. Une montagne de petits blocs de 100 cm3 de roche, tirés depuis des décennies des sols de Bretagne, des Vosges ou d’Espagne, qui font partie du paysage de la ville. Que se­raient la place de l’Etoile ou bien les rues de Montmartre sans ces pavés ? Leur utilisa­tion, en mai 1968, comme arme improvisée contre les CRS, a même renforcé leur valeur historique.

Pourtant, aujourd’hui, le pa­vé n’est plus à la mode dans les aménagements urbains. C’est en revanche un nouveau mar­ché qui s’ouvre à la capitale. Une fois extraits, nettoyés et recyclés dans les entrepôts de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), ils sont revendus aux aménageurs d’Ile-de-France. « Nous les cédons au prix de revient, 40 € au lieu de 120 € la tonne de granit neuf. Les col­lectivités voisines peuvent ain­si faire des économies et cela favorise l’économie circulai­re », se réjouit Antoinette Guhl, adjointe chargée de ces ques­tions auprès d’Anne Hidalgo. Sous les 1 625 km de chaus­sées, les pavés sont aujourd’hui encore cachés sous une cou­che de bitume. A l’occasion des réfections de voirie, la règle est désormais de privilégier le re­vêtement de béton bitumineux. Résultat : pas moins de 10 000 t de pierres naturelles sont chaque année récupérées à Paris. Au total, les services de la Ville estiment que 3 millions de tonnes de granit sont encore sous nos pieds ou en bordures de trottoir. Depuis une délibé­ration du Conseil de Paris du mois d’avril, la ville peut reven­dre son granit à qui veut : amé­nageurs ou… vendeurs de sou­venirs..

«C’EST UNE CARRIÈRE GÉANTE QUI PEUT ETRE EXPLOITÉE ENTRE 250 ET 300 ANS»

PATRICK MARCHETTI, RESPONSABLE DU CENTRE DE MAINTENANCE DE LA VILLE

10 000 T de granit sont récupérées chaque année sur les chantiers parisiens.

 40€ la tonne, c’est la valeur des pavés recyclés, c’est-à-dire 8 centimes chacun. Le granit neuf s’élève à 120 € la tonne.

2.5 à 3 millions de tonnes de granit sont potentiellement réutilisables à Paris, dont les 3 200 km de bordures de trottoirs.

300 000 € C’est l’estimation de ce que pourrait rapporter chaque année le marché du pavé parisien.

 2016-10-27_200616

Le pavé, qui a fait son apparition en 1181 sous Philippe II dit Philippe Auguste, pour assainir la chaussée pari sienne, est encore utilisé pour la réfection de grandes avenues historiques comme les Champs-Elysées ou la pla­ce de l’Étoile. Mais ces blocs à la surface inégale ne sont plus au goût du jour. « C’est une ques­tion d’adaptation à la vie urbai­ne, souligne Patrick Marchetti, responsable du centre de maintenance et d’approvision­nement de la Ville de Paris. C’est vrai que les pavés rendent la circulation automobile bruyante et qu’ils ne sont pas confortables à la marche. »

Pourtant, pas de doute, le granit est un matériau à valori­ser. « Il est réutilisable à l’infini. Cela en fait un marché à opti­miser au maximum, poursuit Patrick Marchetti. Avec tous les pavés que nous sortons des chantiers et la capacité exis­tante dans le sol, Paris est une carrière géante qui peut être exploitée entre 250 et 300 ans. » La mairie de Paris développe ce potentiel pour la capitale elle-même mais aussi sur l’ensemble du Grand Paris. « Nous avons déjà un partena­riat en cours de signature avec Plaine Commune (Seine-Saint-Denis). Maintenant, c’est aux architectes et amé­nageurs de penser à utiliser davantage ce matériau no­ble », souligne Patrick Mar­chetti.

ELLE EN A FAIT SON BUSINESS

 2016-10-27_195833Margaux Sainte-Lagüe a eu LA bonne idée, en juin, après s’être cassé la figure en deux roues aux Champs-Elysées, à cause d’un pavé, elle a cherché à acheter ce petit bout de Paris en souvenir. « le trouvais que cela pouvait être cool de l’avoir en déco chez moi. Or, à ma grande surprise, c’était introuvable. J’ai donc lancé ma petite entreprise, j’en ai acheté 5 tonnes aux services de la Ville de Paris (la quantité minimum vendue par les services techniques). Cela représente quand même près de 2 500 petits cubes. Après les avoir lavés dans mon atelier du Xl« arrondissement, retravaillés, peints avec le sigle Pavé parisien, les avoir encordés et étiquetés, j’ai transformé ce morceau de patrimoine parisien en souvenir », lance cette entrepreneuse de 29 ans qui a touché le jackpot. Elle vend en effet le pavé à 60 € l’unité, alors qu’il vaut 8 centimes la pièce sur les chantiers. « C’est la valeur d’un bel objet avec une part d’histoire, incassable et garanti à vie. » Cette pro du marketing propose même un pavé « mai 1968 » à 80 €… « Je ne dis pas qu’il a été jeté sur un CRS en mai 1968. Mais j’ai trouvé le sable qui allait bien avec et la colle qui convient. Et j’ajoute le slogan Sous les pavés, la plage. » Une prochaine création, peinte à la feuille d’or, sera vendue 150 C. En un mois, Margaux a vendu une cinquantaine de pavés, en majorité à des Parisiens. Elle se dit déjà prête à en racheter 5 tonnes avec la bénédiction de la Ville.

Publié 27 octobre 2016 par micdec dans Actualités et politique, Le Passé, Mémoire, PARIS, SOUVENIRS

Tag(s) associé(s) : , , ,

LE VOL A LA TIRE, MODE D’EMPLOI   Leave a comment

LE VOL A LA TIRE, MODE D’EMPLOI

Voici les techniques les plus utilisées

 Texte en Français, Anglais, Chinois simplifié

TEXTES : ÉRIC PELLETIER

Origine « Le Parisien » du 04 Mars 2016

Lors de la montée dans le métro, des personnes ralentissent volontairement les passagers. Ce qui permet aux complices à l’arrière de leur faire les poches. Le coup de l’escalator est une variante. Les voleurs, en haut de l’escalier, laissent tomber un objet, créant un embouteillage qui facilite le travail des équipes de malfaiteurs derrière.

2016-03-06_101402

Les voleurs ciblent les personnes en terrasse qui ont posé leur smartphone sur la table. Ils s’approchent pour mendier, un journal à la main. Celui-ci sert à masquer le geste de l’autre main qui s’empare du téléphone. En 2011, le préfet de police de Paris s’était ainsi fait voler son portable crypté dans un train. Et le coordonnateur national du renseignement, à la terrasse d’un restaurant.

2016-03-06_101416

Cette fois, les voleurs profitent des bons sentiments de leurs victimes, souvent des touristes étrangers. Une nuée de jeunes filles les encerclent, les pressant de signer une pétition pour les sourds-muets. Peu importe la cause, il s’agit là encore de détourner leur attention le temps que des complices se saisissent de leurs portefeuilles ou de leurs smartphones.

2016-03-06_101428

Elle est en vogue dans les zones d’affluence, comme à la gare du Nord, à Paris. Pendant qu’un touriste s’échine à comprendre les indications figurant sur le distributeur automatique de tickets, une personne s’approche de lui et renverse une boisson sur son manteau. Un complice profite alors de la confusion pour s’emparer des bagages posés à terre par le touriste.

2016-03-06_101443

MAIS AUSSI…

La plus pressante

Le vol se déroule dans le métro. La promiscuité facilite la tâche des voleurs. Ce vol au contact peut aussi avoir lieu en station, lors du passage au tripode, le voleur se collant au voyageur pour passer avec lui.

La plus traître

Les policiers appellent cette technique le dos à dos. Dans les halls d’hôtel, dans des cafés ou au restaurant, le voleur s’assied dos à une personne attablée, veste sur le dossier de son siège. Sans se retourner, il explore les poches du vêtement.

La plus gonflée

Cette technique cible des hommes à un distributeur de billets. Alors que la liasse sort, une jeune femme se colle à sa victime et… exhibe ses seins. L’effet de surprise permet à un complice de dérober l’argent ou la carte.

 JUSQU’À 7 000€ DE BUTIN EN UNE JOURNÉE

 Tout était bon à prendre

Lunettes de marque, appareils photo, téléphones portables, bijoux mais surtout les liasses d’argent liquide apportées avec eux par les touristes asiatiques venus s’amuser à Disneyland Paris. Une myriade de petites mains agiles sévissait à un rythme industriel pour des centaines d’euros par jour. C’est une véritable organisation criminelle familiale roumaine que la police de Seine-et-Marne et l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) ont fini par démanteler. Une enquête inédite par son ampleur et par la coopération mise en place avec les autorités policières et judiciaires roumaines.

Début février, dix-sept personnes ont été interpellées, onze en France et six en Roumanie, dans la région de Craiova. Six d’entre elles ont été écrouées. Les enquêteurs estiment que ces pickpockets, des mineurs chevronnés et entraînés, ont commis un millier de larcins pour un butin évalué à 1 M€ en six mois. Deux mineurs de 13 et 15 ans ont même réussi en une seule journée a subtiliser 7000 € à leurs victimes. La moyenne semblait se situer à 1000 € par jour.

Neuf voleurs âgés de 12 à 28 ans

Les voleurs œuvraient tous pour un patriarche de 56 ans et une matriarche de 59 ans, un couple divorcé dans la vie mais faisant cause commune dans la délinquance. Les deux faisaient travailler leurs neuf enfants âgés de 12 à 28 ans, et alimentaient un réseau de familles en Roumanie, faisant vivre une centaine de personnes. Une bonne part du butin a toutefois été dépensée dans les casinos par le chef de clan.

Pendant des mois, début 2015, le commissariat de Chessy (Seine-et-Marne) sent qu’il se passe quelque chose autour du parc Disney et de la Station RPR qui le dessert. Des touristes, très souvent asiatiques, signalent des vols, mais peu d’entre eux portent plainte, du temps perdu pour un séjour sur place de deux jours intégré dans un rapide tour d’Europe.

Au printemps 2015, le phénomène s’aggrave. Et le patron du commissariat tire la sonnette d’alarme.

En juillet 2015, l’OCLDI est associé à l’enquête. « Ils ciblaient précisément les touristes asiatiques, de nature peu méfiante », relève le lieutenant-colonel François Despres, numéro 2 de l’Office.

D’autant que tous ces vacanciers», qu’ils soient chinois, malais, singapouriens, philippins ou indonésiens, utilisent majoritairement les espèces lors de leurs voyages.

« Le but était donc de casser le réseau, mais également d’avoir une approche sociologique du clan. Nous avons considéré que les auteurs de ces vols sont eux-mêmes victimes d’une organisation, poursuit François Despres, car ces mineurs sont contraints par des majeurs. ». En septembre 2015, une information judiciaire pour « vols en bande organisée » et « recels de vols », mais également « traite des êtres humains », est donc ouverte par le parquet de Meaux (Seine et Marne).

Lorsque l’enquête commence, les investigateurs n’ont aucun nom dans ce dossier. Uniquement des mineurs insaisissables qui, lorsqu’ils sont interpellés, prétendent tous avoir moins de 13 ans afin d’échapper aux poursuites judiciaires. Quant aux placements en foyer ordonnés par le parquet, ils sont suivis par autant de fugues. Les enquêteurs doivent alors se fondre dans le paysage et mettre en place un groupe d’observation.

« Un travail délicat car ces jeunes savent déjouer une filature et changer d’apparence, comme des pros», précise encore François Despres.

Mais les surveillances finissent par permettre de « loger » le clan, éparpillé en Seine-Saint-Denis entre des hôtels borgnes et un campement misérable à la porte de la Chapelle, à Paris. Grâce aux photographies des mineurs et à la découverte de leurs surnoms, l’Officier de liaison roumain intégré à l’OCLDI remonte la filière. « Un travail de bénédictins », résume l’intéressé, Raluca Lungu, qui contacte alors le Service d’investigations criminelles de la région de Dolj, en Roumanie. Peu à peu, les cases vides des photos se remplissent et les têtes du réseau sont identifiées.

Le RER A jusqu’à Disneyland Paris à l’heure de la parade

Le couple exploiteur faisait travailler ses « petites mains » à la chaîne. Leur journée de travail commençait sur la ligne T2 du tramway, puis elles officiaient sur la ligne 7 du métro, aux alentours des grands magasins Parisiens. La ligne 2 du métro comme le quartier de Pigalle étaient tout autant prisés, de même que le RER A. Emprunté en fin d’après-midi, il permettait de rallier le site de Disney juste à l’heure pour la célèbre parade de 17 h 30, synonyme de raids particulièrement fructueux.

JEAN-MARC DUCOS, AVEC FLORIAN LOISY ET NICOLAS JACQUARD

 LES TOURISTES, CIBLES PRIVILEGIEES

« SPEAK ENGLISH ?» A l’ombre de la tour Eiffel, deux adolescentes sondent le chaland, fausse pétition en main. Au mieux, c’est une escroquerie à la charité : quelques euros pour une cause humanitaire fictive. Au pire, le support plastique soutenant la feuille A4 sert de paravent pour dérober les objets de valeur. Cette fois, elles ne s’y risquent pas. Les deux gamines nous ont repérés et tentent surtout de savoir à qui elles ont affaire. Un peu plus tôt, elles semblaient intéressées par un bus de touristes chinois sur le départ. Nous les suivions à 200 m. A nos côtés : une femme d’une cinquantaine d’années, téléphone à l’oreille. La « boss », qui a eu tôt fait de prévenir ses ouailles de la présence d’intrus.

Il y a quelques mois, cet autre groupe n’a pas vu venir les policiers spécialisés. La scène se joue sur la ligne 13 du métro. Les jeunes filles ont ciblé, là encore, un groupe de Chinois. L’exploration d’un sac à main à peine commencée, les trois sont interpellées en flagrant délit. Interloquées, les victimes refusent toutefois de perdre leurs précieuses minutes sur le sol français pour aller déposer plainte. L’un des agents tente de les convaincre. Peine perdue.

« C’est vraiment dommage », peste le policier, avant de prodiguer quelques conseils. « Touristes, n’hésitez pas à les signaler quand vous les voyez. Ils sont dans tous les secteurs touristiques et les lignes les plus fréquentées. » Et même à Roissy où, il y a quelques semaines, nous avions vu opérer un groupe de très jeunes garçons dans la navette CDGVAL. Au plus près des touristes tout juste débarqués dans l’Hexagone.

 Pétris, mercredi. Les sacs à main des touristes sont des cibles privilégiées des voleurs, du métro, notamment dans les rames bondées. Certains pickpockets opèrent même dans les navettes au départ de Roissy. (LP/Jean-Nicholas Guilto.)

 2016-03-07_073753

Mon avis personnel pour mes Amis Chinois en particulier et Asiatiques en général :

 Procurez-vous ce genre de petite sacoche munie d’un cordon « tour de cou » que vous porterez sous vos vêtements, à même la peau. Cette sacoche comporte une première poche à l’avant (fermée par des boutons pression) dans laquelle vous pourrez glisser votre argent en billets et une poche plus grande (fermée par un « zip ») dans laquelle vous mettrez ainsi à l’abri vos bijoux et objets précieux.

 IMG_1530 (Copier)


THE FLIGHT TO THE TIRE, FOR USE

The most used techniques

TEXTS: ERIC PELLETIER

When climbing on the subway, people intentionally slow passengers. Allowing accomplices in the back to their pockets. The blow of the escalator is a variant. Thieves at the top of the stairs, drop an object, creating a traffic jam that makes it easier for criminals behind teams.

Thieves are targeting people who applied terrace smartphone on the table. They approach to beg, a newspaper in his hand. This serves to hide the gesture of the other hand that grabs the phone. In 2011, the Paris police chief was thus robbed his encrypted laptop on a train. And national intelligence coordinator at the terrace of a restaurant.

This time the thieves take advantage of the good feelings of their victims, often foreign tourists. A swarm of girls encircle them, urging them to sign a petition for the deaf. Whatever the cause, it is again to divert their attention as long as accomplices seize their portfolios or their smartphones.

It is popular in high-traffic areas, such as the Gare du Nord in Paris. While a tourist struggles to understand the information on the automated ticket dispenser, a person approaches him and knocks a drink on her coat. An accomplice then took advantage of the confusion to seize baggage laid down by the tourist.

BUT ALSO…

Most pressing

The flight is in the subway. Overcrowding makes it easier for thieves. This flight contact can also take place in the station, when the transition to the tripod, the thief sticking to the traveler to spend with him.

The most treacherous

The police call this technique the back to back. In hotel lobbies, in cafes or restaurants, the thief sits at table back to a person, jacket on the back of his seat. Without turning, he explores the pockets of clothing.

The more bloated

This technique target men at an ATM. While bundle fate, a young woman sticks to his victim … and shows off her breasts. The surprise allows an accomplice to steal money or card.

UP TO € 7,000 BOOTY IN ONE DAY

Everything was good to take

Brand glasses, cameras, mobile phones, jewelery and especially the bundles of cash with them made ​​by Asian tourists from having fun at Disneyland Paris. A myriad of small, agile hands raging at an industrial pace for hundreds of euros per day. It is a true Romanian organized crime family that the Seine-et-Marne police and the Central fight against itinerant delinquency (OCLDI) eventually dismantle. An unpublished survey by scale and by the cooperation established with the Romanian police and judicial authorities.

In early February, seventeen people were arrested, eleven in France and six in Romania in the Craiova region. Six of them were jailed. The investigators believe that these pickpockets, experienced and trained juvenile has committed a thousand thefts for loot valued at € 1 million in six months. Two children aged 13 and 15 have managed in one day stealing € 7,000 to their victims. The average seemed to be at € 1,000 per day.

Nine thieves aged 12 to 28 years

The thieves were working for all 56 years of a patriarch and matriarch, 59, a divorced couple in life but making common cause into delinquency. The two were working their nine children aged 12 to 28, and fed a network of families in Romania, bringing to life a hundred people. A good share of the spoils, however, was spent in casinos by the clan leader.

For months, beginning 2015, the police station in Chessy (Seine-et-Marne) feels that something is happening around the Disney park and the RPR station that dessert. Tourists, often Asian, report the flights, but few of them complain, time lost for an integrated two-day stay in space on a quick tour of Europe.

In spring 2015, the phenomenon worsens. And the boss of the police has sounded the alarm.

In July 2015, OCLDI is associated with the investigation. « They specifically targeted Asian tourists, nature unsuspecting » notes Lt. Col. François Despres, number 2 of the Office.

Especially as these travelers, « be they Chinese, Malaysian, Singaporean, Filipino or Indonesian, mainly use cash when traveling.

« The goal was to break the network, but also to have a sociological approach of the clan. We considered that the authors of these flights are themselves victims of an organization, continues François Despres because these miners are forced by adults. « . In September 2015, a criminal investigation for « flights organized band » and « concealment of flights », but also « human trafficking » is opened by the prosecutor of Meaux (Seine et Marne).

When the investigation began, investigators have no name in this folder. Only elusive miners who, when arrested, all claim to have less than 13 years to escape prosecution. As for home placements ordered by the prosecutor, they are followed by many fugues. Investigators must then blend into the landscape and set up a monitoring group.

« A delicate work because these young people know outsmart a spinning and change appearance, like the pros, » adds François Despres.

But eventually allow monitoring of « accommodate » the clan, scattered in Seine-Saint-Denis hotels between blind and miserable camp on the door of the Chapelle in Paris. With photographs of minors and to discover their nicknames, the Romanian liaison officer embedded in OCLDI was the sector. « A Benedictine work, » says the person, Raluca Lungu, who then contacts the Department of Criminal Investigation of the Dolj region of Romania. Gradually, the empty boxes are full of pictures and network heads are identified.

RER A to Disneyland Paris at the time of the parade

The couple were exploitative work his « little hands » in the chain. Their working day began on the T2 tram line and they officiated on the 7 subway line, around the great Parisian stores. The Metro Line 2 as the Pigalle area were equally popular, as well as the RER A. Borrowed late afternoon, it allowed to join the Disney website just in time for the famous parade of 17 30 pm, synonymous with particularly fruitful raids.

JEAN-MARC DUCOS WITH AND NICOLAS FLORIAN LOISY JACQUARD

TOURISTS, TARGET PREFERRED

« SPEAK ENGLISH? » In the shadow of the Eiffel Tower, two teenage probe the barge, false petition in hand. At best, it’s a scam to charity: a few euros for a fictitious humanitarian cause. At worst, the plastic bracket supporting the A4 sheet serves as a screen to steal valuables. This time, they do not risk it. The two little girls saw us and especially trying to know who they are dealing with. Earlier, they seemed interested in a Chinese tourist bus on departure. We were following the 200 m. On our side: a woman of fifty, phone to your ear. The « boss » who was quick to warn his flock of intruders.

There are a few months, another group did not see coming the specialized police officers. The scene plays on the metro line 13. Girls have targeted again, a group of Chinese. The exploration of a handbag just begun, the three were arrested red-handed. Aback, however, the victims refuse to lose their precious minutes on French soil to go file a complaint. One of the officers tried to convince them. Wasted effort.

« It’s a shame, » the policeman plague, before providing some advice. « Tourists do not hesitate to report them when you see them. They are in all tourist areas and the most popular lines. « And even at Roissy where there a few weeks we had seen operating a group of very young boys in CDGVAL shuttle. Closer to tourists just landed in France.

  Knead on Wednesday. The handbags tourists are prime targets for thieves, metro, especially in crowded trains.

Some pickpockets operate even in shuttles from Roissy. (LP / Jean-Nicholas Guilto.)

My personal opinion for my Chinese friends in particular and Asian in general:

Pick up this kind of small bag fitted with a cord « neck » that you wear under your clothes next to the skin. This bag has a first front pocket (closed with snaps) into which you can slip your money in notes and more pocket (closed with a « zip ») in which you turn away and your jewelry and valuables.

 IMG_1530 (Copier)


飞行到轮胎,FOR USE

最常用的技术

文本:ERIC PELLETIER

当在地铁上节节攀升,人们故意放慢乘客。 允许在回自己的口袋帮凶。 自动扶梯的吹塑是变体。 在楼梯的顶部贼,删除一个对象,创建交通堵塞,使得它更容易为球队背后的罪犯。

盗贼的目标谁在桌子上应用的智能手机平台的人。 他们的方法来乞讨,报纸拿在手里。 这用于隐藏抓住电话的另一只手的姿势。 2011年,巴黎警察局长就这样抢在火车上他的加密的笔记本电脑。 而在餐厅的露台国家情报协调员。

这时候盗贼利用受害者的感情很好,经常外国游客。 女孩的群包围他们,敦促他们签署聋哑的请愿书。 不管是什么原因,这又是只要抓住帮凶自己的投资组合,或他们的智能手机,以转移他们的注意力。

正是在高流量地区,如Gare du Nord火车站在巴黎流行。 虽然旅游斗争,以了解在自动售票机的信息,一个人接近他,敲在她上衣上喝一杯。 对于从犯,然后把混乱的优势抢占行李的旅游规定。

这次飞行是在地铁里。 过度拥挤方便了盗贼。 这次飞行的接触也可以在车站的地方,当三脚架的转变,小偷坚持旅客陪他。

最奸

警方称这种技术的背靠背。 在酒店大堂,咖啡馆或餐馆,小偷坐在桌子后面的一个人,外套在他的座椅靠背。 头也不回,他探索的衣服口袋里。

更臃

这项技术的目标男子在ATM机。 虽然捆绑的命运,一名年轻女子坚持他的受害者…并展示了她的乳房。 令人惊讶的允许帮凶偷钱或卡。

7,000BOOTY在一天

一切都很好拿

品牌眼镜,相机,手机,珠宝,特别是现金与他们从巴黎迪斯尼乐园玩乐束由亚洲游客的。 包括名目繁多的各种小型,灵活的双手在工业步伐,肆虐了几百个,每天欧元。 这是一个真正的罗马尼亚有组织犯罪家族的塞纳-马恩省的警察和打击犯罪巡回(OCLDI)中央的战斗最终拆除。 按规模,通过与罗马尼亚警察和司法当局建立了合作的未公开的调查。

在二月初,17人被逮捕,在法国11和6个在罗马尼亚的克拉约瓦地区。 当中有六人入狱。 研究人员认为,这些扒手,经验丰富,训练有素的未成年犯有盗窃一千战利品为六个月,价值€100万。 两个13和15岁的孩子在一天内管理偷€7000到他们的受害者。 平均似乎是在每天1,000€。

九盗12岁至28

两个小偷工作全部56年的族长和女家长,59,一对离婚夫妇的生活,但制作常见的原因为犯罪。 两个人工作的12至28岁的九儿,喂罗马尼亚家庭网络,给生活带来一百余人。 战利品的一个很好的份额,然而,在赌场由氏族首领度过。

几个月来,2015年开始,在Chessy的派出所(塞纳-马恩省)感觉的东西是围绕迪斯尼公园和RPR节点的甜点发生。 游客,经常亚洲人,报告飞行,但很少抱怨,为一体的综合两天留在空间上的欧洲快速浏览时间损失。

2015年春天,这种现象恶化。 和警方的老板已经敲响了警钟。

在2015年7月,OCLDI与调查有关。 “他们专门针对亚洲游客,自然毫无防备的”笔记中校弗朗索瓦德普雷,办公室2号。

特别是作为这些旅客,“无论是中国,马来西亚,新加坡,菲律宾和印尼,旅行时主要使用现金。

“我们的目标是打破网络,但也有氏族社会学的方法。 我们认为,这些飞行的作者本身是一个组织的受害者,继续弗朗索瓦·德普雷,因为这些矿工是被成人强制。 “。 在2015年9月,“有组织的航班乐队”和“飞行的隐蔽性”,也有“贩卖人口”刑事调查是由莫城的检察官(塞纳-马恩省)开幕。

当调查开始,调查人员这个文件夹的名称。 只有难以捉摸的矿工谁被捕时,都声称拥有不到13年逃避起诉。 至于由检察官奉命回国的展示位置,他们随后被许多赋格。 随后,侦查人员必须融入景观,并成立了一个监督小组。

“一个微妙的工作,因为这些年轻人懂得智取的纺纱和改变外观,像专业人员一样,补充说:”弗朗索瓦·德普雷。

但最终让“适应”战队,在散落在礼拜堂位于巴黎的大门盲目和悲惨的阵营之间的塞纳-圣但尼省的酒店监控。 随着未成年人的照片,并发现他们的绰号,嵌在OCLDI罗马尼亚联络官部门。 “本笃会的工作,”人,拉卢卡轮古,说谁再接触罗马尼亚多尔日地区的刑事调查部。 渐渐地,空箱充满图片和网络头标识。

RER A线到巴黎迪斯尼乐园在阅兵时

这对夫妻是在链剥削的工作他的“小手”。 他们的工作日开始对T2电车线,他们主持的7条地铁线,围绕大巴黎的商店。 地铁2号线的Pigalle区也同样受欢迎,还有RER A.借傍晚,它允许加入迪斯尼网站,及时为17名游行下午30点,的代名词,尤其是富有成果的袭击。

JEAN-MARC DUCOS与和Nicolas FLORIAN LOISY提花

游客,TARGET PREFERRED

“讲英语吗?”在艾菲尔铁塔的影子,两个十几岁的探头驳船,手里拿着虚假的请愿书。 充其量,这是一个骗局给慈善机构:一个虚构的人道主义事业几欧元。 在最坏情况下,塑料支架支撑的A4纸作为显示屏偷贵重物品。 这一次,他们不会冒这个险。 两个小女孩一看见我们,尤其是试图知道他们是谁处理。 此前,他们似乎有意在离开中国的旅游大巴。 我们以下200米。 在我们身边:五十的女人,手机放在耳边。 “老板”是谁快警告他入侵者羊群。

有几个月,另一组没有看到来了专门的警察。 现场播放的地铁13号线。 女孩再次有针对性,有一群中国人。 一个手袋的探索才刚刚开始,这三个被抓当场。 吃了一惊,不过,受害者拒绝失败在法国领土上自己宝贵的几分钟去提出申诉。 一名警察试图说服他们。 不是一个机会。

“这是一个耻辱,”警察瘟疫,提供一些建议之前。 “游客不要犹豫,当你看到他们举报他们。 他们在所有的旅游区和最热门的线路。 “甚至在鲁瓦西那里有几个星期,我们已经看到经营一组CDGVAL穿梭非常年轻的男孩。 言归正传游客刚刚登陆法国。

  揉周三, 手袋游客盗贼,地铁的主要目标,尤其是在拥挤的列车。

有的扒手甚至在距离Roissy班车运行。(LP /尼古拉Guilto)。

我个人的意见对我的中国朋友特别是与亚洲一般:

拿起这种配有一个线“脖子”你贴身的衣服穿小袋子 这款包有第一前袋(带按扣关闭),你可以滑你的钱笔记和更多的口袋里,你这么收起你的首饰(以“拉链”封闭)成和贵重物品。

IMG_1530 (Copier)

UNIQUE : LE MAGNETO DE WINDOWS   Leave a comment

UNIQUE : LE MAGNETO DE WINDOWS QUI A MALHEUREUSEMENT DISPARU

Seules quelques oeuvres assez exceptionnelles subsistent…en voici deux :

 

Mise en ligne le 3 mai 2008

Baba O’Riley by the Who completely made using only Windows XP and 98 sounds/noises. (Sorry about the delay in video, it only happened after I uploaded it, although the sounds should be only about a second behind)

 

 

Mise en ligne le 9 mars 2008

Windows sounds music
« Cool music »

LE TEMPS DE « SALUT LES COPAINS »   4 comments

2015-10-28_092222

Sylvie Vartan, Johnny Hallyday, Jean-Jacques Debout, Hugues Aufray, Catherine Ribeiro, Eddy Mitchell, Danyel Gérard, Claude Ciari des Champions.

France Gall, Serge Gainsbourg, Frankie Jordan, Michèle Torr, Sheila, Chantal Goya, Dany Logan.

Michel Paje, Ronnie Bird, Monty, Sophie Hecquet, Noël Deschamps, Jacky Moulière, Annie Philippe, Claude François, Eileen, Guy Mardel, Billy Bridge.

Michel Berger, Michel Laurent, Nicole des Surfs, Salvatore Adamo, Thierry Vincent, Tiny Yong, Antoine, Françoise Hardy, Benjamin.

Dick Rivers, Monique des Surfs, Hervé Vilard, Jocelyne, Richard Anthony.

Dave, Rocky, Coco, et Pat des Surfs, le Petit Prince (avec dans les mains une peluche de Chouchou, la mascotte de Salut les copains), Christophe.

Un Ami de mon Club WIN’S me l’a envoyé aussi je partage ce diamant !!!!

vinil1

 

LES « DROITS » DES RÉFUGIÉS   Leave a comment

img003_A

A nous les « DEVOIRS » ????

CENT ANS DE NOS BILLETS EN FRANCE   2 comments

 CENT ANS DE NOS BILLETS EN FRANCE

Retour sur 100 ans de billets en france

Un coeur de coup pour pour tous les billets en Francs que l’on regrette tant.
J’ai encore en mémoire tous ces billets avec le portrait d’illustre français et je constate que je suis incapable de dire ce qu’il y a sur nos billets en euros, tant ils sont impersonnels.
Je voulais m’arrêter vers 1950 mais comme je les trouvent  beaux,  je présente tous les billets depuis le début du siècle dernier.

1997

Billet de 100FR

Paul Cézanne
1839-1906
Peintre Français

Billet
1995

200FR

Gustave Eiffel
1832-1923
Ingénieur, industriel

Billet
1994

500FR

Marie Curie
1867-1934
Phycisienne et chimiste
Pierre Curie
1859-1906
Phycisien et chimiste

Billet
1992

50FR

Antoine de St Exupéry
1900-1944
Ecrivain et aviateur

 

Billet
1981

200FR

Charles de Secondat
« Montesquieu »
1689-1755
Ecrivain,philosophe

Billet
1980

50FR

Quentin de la Tour
1704-1789
Peintre

Billet
1980

20FR

Claude Debussy
1862-1918
Compositeur

Billet
1972

10FR

Hector Berlioz
1803-1869
Compositeur

Billet
1968

500FR

Blaise Pascal
1623-1662
mathématicien
philosophe

Billet
1966

5FR

Louis Pasteur
1822-1895
Scientifique en microbiologie

Billet
1964

100FR

Pierre Corneille
1608-1684
Poête dramaturge

Billet
1963

10FR

Voltaire
1694-1778
Ecrivain philosophe

Billet
1962

50FR

Jean Racine
1639-1699
Poête dramaturge

Billet

Les billets édités  en 1959 avaient la particularité d’afficher  le montant  NF (Nouveau Franc).
Les billets en Francs que nous avons connus jusqu’au 1er janvier 2002  (Passage à l’euros)  avaient été mis en circulation le 1er janvier 1960.
Les billets  antérieurs à 1960 ont les a donc  appelé « Anciens francs ».
A l’époque beaucoup de personnes agées ne se sont jamais familiarisées avec les nouveaux francs.
1000 Fr ( Ancien  franc) étaient devenus 10 Fr (Nouveau franc).
Comment aurait_il fait avec les euros?

 

1959

10NF

Armand Jean du Plessis
de Richelieu
1585-1642
ecclésiastique
et homme d’État

Billet
1959

500NF

Jean-Baptiste Poquelin
« Molière »
1622-1673
Comédien dramaturge

Billet
1959

100NF

Napoléon Bonaparte
1769-1821
Empereur

Billet
1959

50NF

Henry de Bourbon
« Henry IV »
1553-1610
Roi de France

Billet
1959

5NF

Victor Hugo
1802-1885
Ecrivain poête

Billet

 

Avant la mise en service des nouveaux francs le 1er janvier 1960 et afin de familiariser les français avec la future monnaie, les billets étaient édités avec les anciens et nouveaux francs.

C’est le 27 décembre 1958 sous la  présidence de  Charles de Gaulle que fût décider la création d’une nouvelle monnaie « franc lourd ». C’est le ministre des finances Antoine Pinay et l’économiste Jacques Rueff qui furent chargé d’instaurer les nouveaux francs

 

1957

5000F
50NF

Henry de Bourbon
« Henry IV »
1553-1610
Roi de France

Billet
1955

10000FR
100NF

Napoléon Bonaparte
1769-1821
Empereur

Billet
1953

1000FR
10NF

Armand Jean du Plessis
de Richelieu
1585-1642
ecclésiastique
et homme d’État

Billet
1949

5000FR

Recto
Couple de divinités
A gauche Pomone
A droite Amphitrite

Verso
Couple de divinités
A gauche Mercure
A droite Minerve

Billet
1946

50FR

Recto
Le Verrier
1811-1877
Astronome, Mathématicien

Verso
Dieu Neptune

 

 

Billet
1945

500FR

François René de 
« Chateaubriand »
1768-1848
Ecrivain
Homme politique

 

Billet
1945

100FR

Recto
Jeune paysan

Verso
Personnages symbolisant la mer.

Billet
1943

5FR

Berger et Femme coiffée
Représentation de la région d’Agen

Billet
1942

20FR

Recto
Pêcheur sur fond du port de Concarneau

Verso
2 bretonnes près du calvaire de Penmark

Billet
1942

1000FR

Recto
Déesse Déméter

Verso
Mercure
à gauche, Dejanire et
Atlas
à doite, Cerbère, Hercule et
Minerve

 

Billet
1942

100FR

Descartes
1596-1650
Mathématicien, philosophe

Billet
1941

10FR

Evocation de la Lorraine avec un mineur et une paysanne

Billet
1940

500FR

Recto
Femme symbolisant 
la Paix

Verso
Couple symbolisant l’Agriculture et la Jeunesse

 

Billet
1940

1000FR

Commerce et Industrie

Recto
Femme symbolisant l’Agriculture

Verso
Travail et commerce avec à gauche un forgeron
à droite Mercure, Dieu du commerce et des voyageurs

Billet
1940

50FR

Recto
Jacques Coeur
Vers 1395 – 1400
Marchand

Verso
Paysage Berrichonne

Billet
1939

20FR

Recto
Visages representant les allégories du Travail et de la Science

 

Billet
1939

100FR

Recto
Une femme et un enfant symbolisant la France

Verso
Maximilien de Béthune dit
« Duc de Sully »
1559-1661
Maréchal de France

Retour sur 100 ans de billets en franc
1938

300FR
Clément Serveau (Créateur)

Recto
La deesse Cérès

Verso
Mercure

Billet
1934

50FR

Recto
Déesse Cérès

Verso
Dieu Mercure

Billet
1927

1000FR

Cérès et Mercure

Recto
en médaillon
Cérès et Mercure et 2 enfants symbolisant l’Agriculture et le commerce

Verso
symbolisant la Fortune
à gauche Ampère et Pasteur à droite
Au centre un forgeron et un orfèvre représentant l’artisanat.

Billet
1927

50FR

Luc olivier Merson (Créateur)
Mercure (Jeune)

 

Billet
1917

5FR

Allégorique de la France

Billet
1916

10FR

Recto
Minerve

 

Billet
1916

20FR

Peint par Georges Duval 
représentation de Bayard au recto

Billet
1908

100FR

Recto
Femmes symbolisant l’agriculture et le commerce

Verso
Personnages symbolisant le travail et la fortune.

Billet