CHAMBORD Visite du 26 avril 2012 avec le Club des Retraités de Coignières   5 comments

 

Visite du Château de CHAMBORD le 26 avril 2012 avec le CRC

Chef d’oeuvre de la Renaissance Française

Sur les traces de François 1er (le Roi Chevalier) le grand roi qui imagina et construisit Chambord de 1516 à 1547.

C’est le château de toute sles démesures, avec ses 426 pièces, ses 282 cheminées….

et son célèbre escalier à double révolution conçu par Léonard de Vinci.

Visite du château de  CHAMBORD avec le CRC le 26 avril 2012

Vue panoramique réalisée a partir de trois de mes photos

Une vidéo venant du Web décrivant très bien le château et ses particularités

 

                    

                                                                                              

                               

 

 
 

Spectacle équestre et Médiéval : « Le Roi Chevalier »

 

Mis en scène par Lario LURASCHI

Divertissement en 8 tableaux déroulant les faits marquants de la vie de François 1er, Marignan, le Camps du drap d’or etc…

 

 

 
                       
 
 
                      
 
 
                      
 
 
                      
 
 
             
 
 

Montage Vidéo du spectacle équestre

 

Le son est parfois mauvais du fait des echos accoustiques du châpiteau 

 

 

Promenade en calèche

 

Au rythme des pas des chevaux nous découvrons les vues extérieures du château

et nous pénétrons la plus réputée des réserves naturelles françaises où vivent en liberté, cerfs, biches et sangliers.

 

Lorsque je faisais encore de l’équitation, il y a une vingtaine d’anées, je montais le plus souvent une superbe jument nommée Annabelle.

Elle était « taillée » comme le percheron de la seconde photo et debout à côté d’elle, je ne pouvait même pas voir la paysage par dessus sa croupe  ! (je mesure 1,78 m LoL)

Elle était d’humeur joyeuse et adorait me faire des farces, comme me coincer doucement contre le mur de sa stalle ou gonfler sa poitrine alors que je tendais la courroie de sa selle..

Elle aimait  aussi tirer l’épaule de  ma veste avec ses dents….Et alors, a voir sa tête en ces moments là, j’étais persuédé qu’elle riait « sous cape » ! Sacrée Annabelle…..

                  
 
           
 
 

Un peu d’Histoire

Chambord

Le domaine national de Chambord est honoré de vous accueillir au sein de cet ensemble patrimonial unique en Europe inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Il espère que le présent document vous permettra de profiter au mieux de votre visite à Chambord.

Toutefois ce dépliant ne se substitue pas aux visites guidées et audioguidées qui vous sont proposées afin d’approfondir votre connaissance du monument.

Il n’y a pas de parcours imposé ; vous pouvez commencer où vous le souhaitez.

 

 

 

Le jeune roi François 1er a vingt-cinq ans lorsqu’il lance, en 1519, l’immense chantier du château de’Chambord.

À cette même époque cinq grandes puissances se disputent alors la suprématie européenne et les jeux d’alliances se font et se défont entre la France, les Etats du pape en Italie, l’Angleterre, l’empire Ottoman et l’empire de Charles Quint.

Dès son accession au trône en 1515, François Ier part conquérir la province du Milanais en Italie que son prédéces­seur Louis XII n’avait su conserver.

De retour en France, marqué par sa victoire de Marignan et influencé par l’archi­tecture italienne de la Renaissance, le jeune roi ambitieux et passionné de chasse entreprend la construction du château de Chambord.

Tout en conservant, dans sa conception, l’appa­rence d’une forteresse médiévale (un donjon central flanqué de quatre grosses tours, deux ailes et une enceinte clôturant le tout) Chambord est la synthèse surprenante entre des formes héritées des siècles passés et l’architecture novatrice de la Renaissance italienne (des loggias, une terrasse, des pilastres et des moulures horizontales rythmant les façades).

Voulu comme un relais de chasse, Chambord possède une architecture qui en a fait le château de toutes les démesures : 156 mètres de long, 56 mètres de haut, 77 escaliers, 282 chemi­nées et 426 pièces.

Pourtant, malgré ses dimensions colossales, la silhouette du château séduit toujours par sa grâce et son équilibre.

De tous les matériaux utilisés pour cette construc­tion, c’est le tuffeau qui attire l’œil du visiteur. Bien qu’utilisée dans la majorité des sites du Val de Loire, c’est certainement à Chambord que cette pierre calcaire, à la fois tendre et fragile, est travaillée avec le plus de virtuosité.François Ier ne séjourne à Chambord que 72 jours en 32 ans de règne.

Il ne voit pas l’achèvement de son œuvre. A sa mort en 1547 seuls le donjon et l’aile royale sont terminés. Henri II, son fils, et Louis XIV, également passionnés de chasse, donneront à Chambord l’allure que nous lui connaissons aujourd’hui.

Les grands personnages du château une occupation intermittente

•François Ier (1494-1547) roi de France, commanditaire du château

• Gaston d’Orléans (1608-1660) frère de Louis XIII, séjourne à Chambord et Blois de 1634 a 1643 et de 1652 à 1660

• louis XIV (1638-1715) roi de France, séjourne 9 fois à Chambord de 1660 à 1685

• Stanislas Leszczynski (1677-1766) roi de Pologne en exil, beau-père de Louis XV, y habite de 1725 à 1733

• Le maréchal de Saxe (1696-1750) reçoit le domaine de Louis XV et y donne des fêtes somptueuses pendant 2 ans

• Le duc de Bordeaux, comte de Chambord (1820-1883) petit-fils de Charles X, reçoit le château en 1821 par souscription nationale

• L’Etat français rachète le château aux héritiers du comte de Chambord en 1930

 

Le donjon et l’escalier

         

  

  Rez de chaussée

      

Au centre du donjon s’élève le célèbre escalier à doubles révolutions desservant les trois étages du château. Celui-ci est constitué de l’imbrication de deux escaliers en vis évoluant autour du noyau creux central. Cet ensemble supporte la tour lanterne surmontée de la fleur de lys. Deux personnes empruntant chacune une volée d’escalier peuvent s’apercevoir par les ouvertures pratiquées dans le noyau mais ne se rencontrent jamais ! Son décor sculpté est l’un des chefs d’œuvre de la Renaissance française. A chaque étage autour de l’escalier se déploient quatre vestibules formant une croix. Ces salles distribuent quatre quartiers d’habitation tous parfaitement identiques. Ce plan très novateur en France et l’ingéniosité de l’escalier central suggèrent que Léonard de Vinci, venu en France à la demande de François ! » dès 1516, pourrait être l’un des inspirateurs du projet.

 

 La salle des Carrosses

 Ces voitures à cheval, qui ne furent jamais utilisées, ont été réalisées pour le comte de Chambord en 1871 par le carrossier Binder. La sellerie fut commandée à la célèbre maison parisienne Hermès.

  

La salle audiovisuelle

 

 Un film de 15 minutes en images de synthèse vous retrace en français, anglais et italien, les grandes lignes de l’histoire et de la construction du château. Ce document audiovisuel constitue une introduction indispensable à la visite.

 De plus amples informations vous sont par ailleurs fournies dans chaque salle du château par des cartels aux couleurs référencées dans les plans de ce dépliant.

 

 

Premier étage : appartrements Royaux

 

Le premier étage permet aux visiteurs de découvrir les différents états d’habitation du château, du XVIe au XIXe siècle, par une évocation des aménage­ments intérieurs tels qu’on pouvait les voir à ces époques.

La chapelle

La construction de la chapelle, commencée par François Ier au même niveau que son logis, n’est terminée que sous le règne de Louis XIV par Jules Hardouin-Mansart, l’architecte de Versailles. De dimensions exceptionnelles, c’est la plus grande pièce du château.

Le logis du roi François I »

Initialement installé dans le donjon, le roi décide le transfert de son logis dans l’aile est, accessible par une galerie et un escalier en vis hors œuvre. Cette aile est composée d’une chambre, de deux cabinets, d’un petit oratoire et d’une salle du conseil d’une superficie initiale de 270 m2, mais cloisonnée depuis le début du XVIIe siècle par Gaston d’Orléans (frère de Louis XIII et oncle de Louis XIV.)

L’appartement de parade

En 1680, pour se conformer aux règles de l’étiquette qui s’imposent sous le règne de Louis XIV, les deux appartements situés le long de la façade nord sont réunis en condamnant le vestibule nord. Salle des gardes, première, seconde antichambre, chambre de parade et pièces privées, se succèdent comme à Versailles. Le décor de l’appartement de parade que vous visitez aujourd’hui est celui réalisé pour le maréchal de Saxe (XVIIIe siècle). L’ameublement est restitué à partir de ce dernier état connu.

L’appartement de la reine

Occupé par les deux épouses successives de Louis XIV, Marie-Thérèse d’Autriche puis Madame de Maintenon, l’appartement de la reine est

situé dans la tour adjacente à l’appartement du roi. Comme celui-ci, il était composé d’une salle des gardes, de deux antichambres, de la chambre et de pièces privées. L’une des antichambres est transformée en salle à manger au XIXe siècle par la duchesse de Berry.

Les appartements du XVIIIe siècle

Chambord n’a jamais été autant habité qu’au XVIIIe siècle (12 ans). Ces appartements étaient occupés par les intimes de Stanislas Leszczynski et du maréchal de Saxe puis par les gouverneurs de Chambord. Les critères de confort ont bien changé depuis François Ier : afin de parvenir à se chauffer, on diminue les volumes des salles, en les cloisonnant, en créant des alcôves et en abaissant les plafonds. Des cheminées de taille plus modeste sont aménagées dans les grandes cheminées du XVIe siècle.

Le musée du comte de Chambord

Ce quartier d’habitation a été réaménagé pour évoquer une période singulière de l’histoire de France. Le comte de Chambord est propriétaire du château de 1821 à sa mort, en 1883, mais n’y séjourne que 3 jours. Dernier des Bourbons, il est appelé à monter sur le trône de France en 1871 à la suite de la défaite de la France par les Prussiens. Refusant d’adopter le drapeau tricolore, il repart en exil et la Troisième République est proclamée. Le musée expose entre autres, la collection de jouets militaires du comte, sa vaisselle et son argenterie, un lit d’apparat, ainsi qu’une série de gravures et de portraits ayant appartenu à sa mère, la duchesse de Berry.

 

 

Second érage                                                                          Les terrasses

 

Le décor des voûtes

      

 Elément incontournable de la visite de Chambord les sculptures des voûtes des grandes salles du second étage associent le F, monogramme de François Ier, à son emblème la salamandre, l’animal mythique capable de vivre dans les flammes. Les salamandres de Chambord illustrent la devise du souverain « nutrisco et extinguo » qui peut se traduire par «je me nourris (du bon feu) et j’éteins (le mauvais feu) ».

 Les voûtes ainsi que les terrasses font actuellement l’objet de campagnes de restauration, afin de stopper la lente détérioration des caissons due aux défauts d’étanchéité des terrasses.

 La Fondation de la Maison de la Chasse et de la Nature Chambord n’existe que par la passion de François l » pour la chasse et le second étage du château est consacré à cette thématique. Le quartier nord évoque les différents types de chasse au XVIe siècle. Dans les autres cantons, les collections de tapisseries sur les grands mythes antiques liés à la chasse témoignent de l’inépuisable source d’inspiration qu’est la chasse pour les artistes.

Les terrasses du château offrent à la fois le spectacle des toitures, étrange symbiose de gothique flamboyant et de Renaissance italienne revisitée par des artisans français, et un magnifique panorama sur le domaine de Chambord. C’est l’endroit idéal pour réaliser les plus belles photographies du château !

Le Parc

Avec un mur de clôture de 32 km de long ouvert par 6 portes, le domaine représente, avec ses 5440 hectares, la surface de Paris intra-muros. Il constitue aujourd’hui le plus grand parc forestier clos d’Europe. Réserve nationale de chasse, Chambord abrite toute une faune de nombreux animaux en totale liberté. Vous aurez peut-être la chance d’apercevoir des sangliers et des cervidés lors de votre promenade dans les 800 hectares accessibles au public le long des sentiers balisés.

Un plan du domaine est à votre disposition à l’accueil du château et au point d’information du village.

Le personnel du château de Chambord espère que cette visite à répondu à vos attentes.

Nous restons attentifs à vos suggestions et un livre d’or est à votre disposition aux points d’accueil.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

5 réponses à “CHAMBORD Visite du 26 avril 2012 avec le Club des Retraités de Coignières

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. QUE C EST BEAU MERCI MICHEL POUR CE PARTAGE GROSSSSSS BISOUS TON AMIE BRUNETTE

    • Bonjour Brunette…Ce billetest en cours de construction et j’ai du le sauvegarder pour réaliser d’autres essais..mais ainsi, il à été diffusé…j’aurais du le sauvegarder en brouillon ! Sinon tu seras dérangée a chaque modification LoL
      Bisous et a bientôt

  2. « Les châteaux de la Loire », vois-tu, c’est une ballade que j’aimerais faire. Et particulièrement Chambord…
    Bises et bonne fin de journée

    • Ah ! Si j’avais su, je t’aurais emmenée LoL
      Mais là, j’ai des problèmes, je viens de perdre 1 h de travail, presque toutes les photos se sont volatilisées Grrrr
      Je vais recommencer et après, j’aurais des montages vidéos a faire…

  3. super interessant ton billet sur Chambord et bien complet, les photos et videos en rajoute à l’informtion c’est cela aussi qui est bien, hop tout cuit dans nos tetes,
    merci pour cet excellent article et merci aussi de tes visites
    bonne journée a toi Cousin Mic

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :