Archives de la catégorie ‘LIRE SES ANALYSES

8 CHOSES À SAVOIR SUR L’URINE   Leave a comment

8 CHOSES À SAVOIR SUR L’URINE

Puisque mes reins sont morts et que de ce fait je n’urine plus, si je n’avais pas mes dialyses tous les deux jours je serais vite empoisonné ! LoL

Pourquoi est-elle jaune ? Quelle est l’odeur normale ? De quoi est-elle composée ? Medisite et le Dr Olivier Dumonceau, urologue, répondent aux questions que vous pouvez vous poser sur l’urine sans oser les dire.

 

Plus de 2000 déchets dans l’urine

L’urine est sécrétée par les reins. Elle transporte les déchets de notre corps afin qu’ils soient éliminés lors de la miction. Elle contient essentiellement de l’eau dont la quantité varie en fonction de ce que l’on boit dans la journée, mais aussi d’autres résidus de métabolisme (ions, magnésium, potassium…). 
Pendant 7 ans, 18 chercheurs américains* ont passé au crible des échantillons d’urine donnés par 22 patients. Ils ont découvert 3079 molécules différentes dont 1453 ont été produites naturellement par le corps et 2282 étaient des résidus de substances ingérées oralement comme la nourriture, la drogue, l’alcool ou par la peau via les cosmétiques, ou des particules disponibles dans l’air.
Source : The human urine Metabolome, Revue Plos One, 4 septembre 2013

 

Pourquoi l’urine est jaune ?

 

 

« Ce sont les pigments biliaires transportés dans le sang qui donnent à l’urine sa coloration », explique le Dr Olivier Dumonceau, urologue. A l’origine, ils sont plutôt vert, mais lorsque le sang est filtré par les reins, ils se diluent dans l’eau contenue dans l’urine. « Plus une personne boit, plus l’urine va devenir claire », ajoute notre interlocuteur. D’autres éléments comme des colorants alimentaires, certains antibiotiques, des protéines et cristaux décomposés peuvent modifier la couleur de l’urine.

 

L’urine ne mousse pas

 

 

Sur des forums de discussion dédiés à la santé, certaines personnes se demandent pourquoi leurs urines font de la mousse. C’est une fausse impression. « L’urine ne provoque pas de mousse, c’est simplement une réaction due au mélange des produits que l’on utilise pour nettoyer ses toilettes comme l’eau de javel » explique le Dr Olivier Dumonceau, urologue.

 

L’urine n’a pas d’odeur

 

 

En temps normal, l’urine est inodore. Si parfois une légère odeur se fait sentir c’est dû à son contenu. « N’oublions pas que l’urine élimine les déchets donc forcément ils sont odorants. C’est comme pour les selles », explique le Dr Olivier Dumonceau, urologue. 
En cas de mauvaise odeur : « Une odeur anormalement forte ou malodorante doit alerter la personne car cela pourrait traduire une présence d’infection dans le système urinaire. »

 

L’urine bonne pour la peau et anti fatigue ?

 

 

« Avez vous déjà bu votre urine ? » C’est la question étonnante posée par Martha Christy, médecin et chercheuse britannique, à plusieurs volontaires. Résultat ? Tous ont répondu que non, sauf une ! Elle aurait déclaré en mettre sur un coton pour assécher ses boutons sur le visage. Pour vérifier si l’urine a vraiment des bienfaits thérapeutiques, Martha Christy a demandé à une amie qui aurait appris son usage thérapeutique en Inde où l’urinothérapie est souvent pratiquée.

La chercheuse a d’abord testé le mélange urine/crème sur le visage. « Cela rend la peau très douce », écrit-elle dans une tribune du journal britannique Telegraph. Poussant l’expérience plus loin, Martha Christy est allée jusqu’à boire sa propre urine avec de l’eau. Conclusion ? « Je me suis sentie revigorée quelques temps après. Je le recommande aux personnes fatiguées« , a-t-elle répondu. Nous avons demandé l’avis de l’urologue Olivier Dumonceau. Après un silence, celui-ci a lancé : « Sans commentaire. »

 

L’urine est stérile

 

 

Ce n’est pas parce que l’urine sert à filtrer les déchets de l’organisme qu’elle contient des bactéries ou des microbes, au contraire ! Sur ce point l’urologue Olivier Dumonceau est catégorique : « L’urine est stérile, elle ne doit contenir aucun germe sinon cela traduit une infection urinaire ou un autre trouble à faire diagnostiquer. »

A noter : « Ce n’est pas parce qu’elle n’est pas porteuse de bactéries que l’on pourrait l’utiliser comme antiseptique » ajoute le spécialiste. Il ne faut surtout pas en mettre sur une plaie comme le suggèrent certaines coutumes.

 

Urine : ce que sa couleur révèle de votre santé

 

 

Rouge, marron, orange… Il arrive parfois que les urines changent de couleur et révèlent un souci de santé. Pour apprendre aux gens à être attentif à ces signes importants, les médecins de la clinique de Cleveland (Etats-Unis) ont énuméré toutes les colorations urinaires et les pathologies auxquelles elles pouvaient correspondre. 

La signification de la couleur des urines :

 

 

Par jour, on élimine autant que l’on boit

 

 

Pour renflouer les pertes d’eau corporelles, il est conseillé de boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Mais à combien s’évaluent ses fameuses pertes ? « Au même chiffre puisqu’on évacue normalement autant que ce que l’on boit » répond le Dr Olivier Dumonceau, urologue. Le corps élimine essentiellement pendant la journée. « Si on a assez éliminé dans la journée, on doit pouvoir passer une nuit entière sans se relever pour aller aux toilettes car on excrète moins la nuit. Les organes sont au repos et la vessie travaille moins » ajoute notre interlocuteur.

Publié par Bénédicte Demmer, rédactrice santé et validé par Dr Olivier Dumonceau, urologue le Mercredi 25 Mars 2015 : 16h52

 

Publicités

SACHEZ LIRE VOS ANALYSES   Leave a comment

 Sachez lire vos analyses

Du fait de mes dialyses tous les deux jours, une analyse de sang m’est pratiquée chaque semaine et, ayant découvert cet article dans mon journal préféré, j’ai décidé de partager avec vous ces informations plus qu’intéressantes.

 

Examens

Pas facile de trouver le bon chiffre et de comprendre les multiples sigles alignés sur la feuille de résultats d’une analyse sanguine. Voici comment décrypter les plus courants.

«VOUS RECEVREZ LES RÉSULTATS CHEZ VOUS », annonce le laborantin après avoir effectué une prise de sang. Oui, mais il faut un peu d’expérience pour décrypter le Verbatim médical et les chiffres qui se retrouvent dans votre enveloppe. Taux de leucocytes par microlitre, volume globulaire moyen en femtolitre… Dans son ouvrage « Lire et comprendre ses analyses médicales »*, qui vient de paraître, la docteur Mary Liber passe au crible 37 examens pour aider les patients à mieux saisir ce jargon scientifique. « On prescrit toujours plusieurs analyses en même temps, rappelle le médecin généraliste Yves Djian. Ce n’est pas avec un seul résultat qu’on va pouvoir établir un diagnostic. » Alors comment déchiffrer les vôtres ? Voici quelques réponses.

 

La numération formule sanguine (NFS)

« Lorsque mes patients veulent effectuer un bilan annuel, je leur prescris systématiquement la NFS. Elle permet de vérifier le nombre de globules rouges et blancs », souligne le docteur parisien. Les globules rouges, appelés hématies sur le compte rendu du laboratoire, véhiculent l’oxygène des poumons au reste des organes. Pour vérifier que vous en avez en quantité suffisante, vous devez comparer vos résultats à ceux inscrits dans la colonne « valeurs usuelles ». A titre d’exemple, un homme compte en moyenne 4,6 à 6,2 millions d’hématies par mm3. Si vous en avez 3,2 ou 8,1 millions, il y a un problème ! Les globules blancs, eux, surnommés leucocytes, sont indispensables au système immunitaire. En plus de la NFS, votre médecin surveillera également vos plaquettes sanguines, essentielles à la coagulation. Si toutes ces analyses présentent des résultats anormaux, cela peut être le signe d’une infection ou de maladies plus graves, comme la leucémie.

Le cholestérol

Le cholestérol est un lipide fabriqué par le foie, également présent dans de nombreux aliments (viande, charcuterie, produits laitiers…). Lorsque le corps en renferme en trop grande quantité, le cholestérol bouche les artères, augmentant les risques de maladies cardiovasculaires. « Mais, en réalité, on s’intéresse surtout aux taux de bon et de mauvais cholestérol », nuance Yves Djian. Le bon, baptisé HDL, permet d’éliminer le cholestérol de l’organisme. Le mauvais, surnommé LDL, le propage. « Ce qui compte, c’est qu’il y ait un équilibre entre les deux », complète le médecin.

Le fer

Ce sel minéral est indispensable à la fabrication des globules rouges. Un manque de fer peut entraîner une anémie, assez courante durant la grossesse ou la croissance. Une concentration trop élevée peut être causée par une ingestion excessive de fer, une intoxication au plomb ou encore une maladie héréditaire. Le médecin mesurera également votre taux de ferritine, la protéine qui stocke le fer dans l’organisme.

Le glucose

Ce sucre, présent à l’état naturel dans le corps, est l’une de nos principales sources d’énergie. On le retrouve également dans de nombreux aliments.

« En vérifiant le taux de glucose, on peut mesurer la glycémie », explique le généraliste. Au-dessous des valeurs usuelles, les patients souffrent d’hypo-glycémie, au-dessus d’hyperglycémie, signe de diabète.

La créatinine

La créatinine est un déchet de la créatine, un acide aminé naturel essentiel à la contraction musculaire. Son taux varie en fonction de la masse musculaire du patient, il est donc généralement plus élevé chez les hommes. « On le calcule pour vérifier le bon fonctionnement des reins », complète le spécialiste.

Les transaminases

Ces enzymes sont essentiellement présentes dans le foie. Dans les analyses médicales, on les retrouve souvent sous deux sigles : ASAT (aspartate aminotransférase) et ALAT (alanine aminotransférase). « Les transaminases peuvent être plus élevées chez une personne qui boit trop d’alcool », note Yves Djian. Des taux supérieurs peuvent également être le signe d’hépatites (maladies du foie).

HÉLÈNE HAUS AVEC JEAN-BAPTISTE CANTILLON

Le Parisien du lundi 6 avril 2015

 

* « Lire et comprendre ses analyses médicales », aux Editions du Puits-Fleuri. 8,90 €.

Publié 6 avril 2015 par micdec dans LIRE SES ANALYSES, Santé & bien-être

Tag(s) associé(s) : , ,